Vote historique aux Etats-Unis : Donald Trump devient le 3e président américain mis en accusation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vote historique aux Etats-Unis : Donald Trump devient le 3e président américain mis en accusation
©MANDEL NGAN / AFP

"Impeachment"

Vote historique aux Etats-Unis : Donald Trump devient le 3e président américain mis en accusation

La Chambre des représentants a retenu mercredi soir les chefs d'"abus de pouvoir" et d'"entrave au travail du Congrès" contre le président des Etats-Unis Donald Trump. Cette décision ouvre la voie à un procès en destitution devant le Sénat qui pourrait se dérouler en janvier. Les démocrates estimaient que Donald Trump avait fait pression sur l’Ukraine.

Le président américain Donald Trump a été mis en accusation, mercredi 18 décembre, lors d'un vote au Congrès. Cette décision va entraîner un procès en destitution pour le candidat à sa réélection en 2020. 

Après de longues heures de débats, les élus de la Chambre des représentants, dominée par les démocrates, ont validé l'"abus de pouvoir" par 230 contre 197 contre, et l'"entrave au Congrès" par 229 voix contre 198. Aucun républicain ne s'est joint à eux. 

Il appartient désormais au Sénat de juger Donald Trump, sans doute en janvier. Les républicains, qui contrôlent le Sénat, ont l'intention de défendre et d'acquitter leur président.

Donald Trump était dans un meeting pour sa campagne à Battle Creek dans le Michigan lorsque que la décision est tombée. 

Le président américain a commenté cette décision avec le message suivant sur Twitter : 

"En réalité, ce n'est pas après moi qu'ils en ont, c'est après vous. Je suis simplement sur le chemin".

Le président américain a été mis en accusation aussi pour entrave à la bonne marche du Congrès, en raison de son refus de participer à l'enquête en destitution le visant. Il lui est reproché d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur l'un de ses principaux rivaux potentiels à la présidentielle de 2020, Joe Biden.

Selon la Maison Blanche, Donald Trump "a confiance dans le Sénat pour rétablir l'ordre. Il est prêt pour les prochaines étapes et a confiance dans le fait qu'il sera totalement disculpé".

Le vote de mercredi soir à la Chambre s'est déroulé à moins d'un an du scrutin présidentiel. Seulement deux autres présidents (Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998) ont été confrontés à une mise en accusation, une procédure d'"impeachment". Le président Richard Nixon, en plein scandale du Watergate, avait préféré démissionner en 1974 avant de subir une telle procédure.

Donald Trump devrait néanmoins échapper à la destitution grâce à la majorité républicaine au Sénat. Reste à savoir si les démocrates vont tenter de jouer la montre et de ralentir la procédure dans les prochaines semaines et les prochains mois. 

Au Sénat, une majorité des deux tiers est nécessaire pour condamner un président. Les démocrates disposent de 47 voix sur 100. Ils ont besoin d'un renfort de vingt sénateurs républicains afin de destituer Donald Trump. 

Selon la moyenne des derniers sondages aux Etats-Unis, 47% des Américains sont favorables à une destitution de Donald Trump et 46% sont opposés, selon la moyenne des sondages. 

Reste à savoir quel sera l'impact de cette crise de l'"impeachment" sur les élections présidentielles américaines de novembre 2020 et sur l'image de Donald Trump auprès des électeurs. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !