Vote crucial sur le budget de la Sécu ce mardi à l'Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Vote crucial sur le budget de la Sécu ce mardi à l'Assemblée
©

S'abstiendra ou pas

Vote crucial sur le budget de la Sécu ce mardi à l'Assemblée

Les députés vont se prononcer sur le projet de loi de financement qui prévoit 9,6 milliards d'économies faites sur les allocations familiales principalement.

Pour ses partisans, la mesure répond à "la justice sociale" mais pour ses opposants, elle remet en cause les principes mêmes de la politique familiale. C'est dans ce climat tendu, marqué par certains frondeurs socialistes, que l'Assemblée nationale doit adopter, mardi, le budget de la Sécurité sociale. La mesure phare qui irrite la droite et divise la gauche : la modulation des allocations familiales selon le revenu. Au total, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit 9,6 milliards d'économies, soit près de la moitié des 21 milliards de coupes dans l'ensemble des dépenses publiques prévues pour 2015. 

Vendredi soir, l'Assemblée nationale, qui a débattu pendant quatre jours de ce projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l'an prochain, a adopté avec l'accord du gouvernement, l'amendement socialiste instaurant cette modulation. Dès juillet 2015, les allocations familiales de base seront divisées par deux, passant à environ 65 euros par mois à partir de quelque 6 000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants, et par quatre à 32 euros environ à partir de quelque 8 000 euros de revenus. Si L'UMP et l'UDI se sont montrés très critiques envers cette réforme, qualifiée de "massacre" et de "déclaration de guerre aux familles" par le chef de file des députés UMP Christian Jacob,  le Front de Gauche rejette également en bloc ce projet de loi. 

En se basant sur les divisions au sein même du parti socialiste, "Il est difficile de dire si le contexte actuel va pousser des députés à s'abstenir ou au contraire à voter pour", estime Laurent Baumel, socialiste contestataire de la mesure. Quant à l'ancien ministre socialiste Benoît Hamon, qui s'était abstenu sur le vote du budget la semaine dernière, a dit dimanche ne pas encore avoir pris définitivement sa décision concernant le vote de ce mardi.

lu sur le telegramme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !