Vol MH370 : la recherche des boîtes noires s'accélère | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vol MH370 : la recherche des boîtes noires s'accélère
©

Suite

Vol MH370 : la recherche des boîtes noires s'accélère

Un "traqueur" de boîtes noires faisait route mardi vers la zone supposée du crash dans le sud de l'océan Indien.

Les heures et les jours passent, et les boîtes noires du vol MH370 n'ont toujours pas été retrouvées. Dans quelques jours, le 8 avril exactement, 30 jours après leur contact avec l'eau, elles seront inutilisables. Le temps presse, les autorités australiennes le savent. Elles ont donc envoyé ce mardi matin un "traqueur" vers la zone supposée du crash dans le sud de l'océan Indien. L'Ocean Shield a quitté Perth en emportant une sonde de 35 kilos (Towed Pinger Locator) attachée au bout d'un câble pour capter les émissions acoustiques des boîtes noires.

Le navire devrait mettre jusqu'à trois jours pour atteindre la zone où ont été repérés de possibles débris de l'avion. "Il nous reste environ une semaine, mais la durée de vie de la batterie (des boîtes noires) dépend de la température de l'eau, de la profondeur et de la pression", a déclaré le ministre australien de la Défense, David Johnston.

Les recherches sont vastes puisqu'elles s'étendent sur 319 000 km2. Les spécialistes ne sont guère optimistes et disent que les recherches de ses boîtes noires pourraient durer plusieurs mois. Par ailleurs, aucun débris n'a encore été repêché.Dix avions et neuf bateaux participaient aux recherches mardi. La zone d'exploration a été modifiée en fin de semaine dernière, après de nouveaux calculs sur la trajectoire de l'avion. Le Boeing 777 de Malaysia Airlines a disparu le 8 mars avec 239 personnes à bord.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !