Vol MH370 : l’avion ne se trouve pas là où les enquêteurs cherchent depuis le début | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vol MH370 : l’avion ne se trouve pas là où les enquêteurs cherchent depuis le début
©Reuters

Tout ça pour ça

Vol MH370 : l’avion ne se trouve pas là où les enquêteurs cherchent depuis le début

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu début mars ne s'est pas abîmé dans la zone du sud de l'océan Indien où des signaux acoustiques avaient été détectés a-t-on en effet appris ce jeudi.

Un mystère de plus. Depuis le mois de mars, il est impossible de savoir où se trouve le Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Le vol MH370 s’est crashé en pleine mer, mais où ? Seule certitude désormais : pas à l’endroit où les enquêteurs cherchent depuis le début. En effet, ce jeudi, les autorités compétentes ont indiqué que l’avion ne s'est pas abîmé dans la zone du sud de l'océan Indien où des signaux acoustiques avaient été détectés. Ainsi, le Centre de coordination international des recherches (JACC), basé en Australie, a annoncé qu'"aucune trace de débris d'avion n'a été trouvée par le véhicule sous-marin autonome".

Le navire australien Ocean Shield qui transportait le robot sous-marin américain Bluefin-21 a donc quitté la zone après avoir ratissé 850 km2 d'océan pour tenter de localiser l'épave du Boeing 777 disparu le 8 mars avec 239 personnes à bord. "Nous en sommes venus à penser que (ces signaux sont) vraisemblablement des sons produits par le bateau" qui guidait le robot sous-marin muni de la sonde "ou par les systèmes électroniques de la sonde", avait confirmé sur CNN Michael Dean, vice-directeur des instruments maritimes au sein de la Navy américaine.

"La crainte, quand on plonge dans l'eau des équipements électroniques, c'est que si de l'eau entre dans ces équipements ou abîme quelque chose, ça peut produire des bruits" a-t-il ajouté. Il n'a toutefois pas totalement exclu que les signaux acoustiques proviennent bel et bien des boîtes noires.

 
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !