Vivendi entrera au capital de la Fnac à hauteur de 15% | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Cette entrée "minoritaire" au capital de la Fnac s’inscrit "dans le cadre d’un partenariat stratégique fondé sur un projet de coopération dans les domaines culturels".
Cette entrée "minoritaire" au capital de la Fnac s’inscrit "dans le cadre d’un partenariat stratégique fondé sur un projet de coopération dans les domaines culturels".
©Reuters

Partenariat

Vivendi entrera au capital de la Fnac à hauteur de 15%

"Vivendi s’est engagé irrévocablement à souscrire à une augmentation de capital réservée d’un montant de 159 millions d’euros à un prix de 54,0 euros par action", explique un communiqué.

L’homme d’affaires Vincent Bolloré, patron du groupe Vivendi, a annoncé une entrée au capital de la Fnac à hauteur de 15 %. Les deux groupes ont annoncé la nouvelle dans deux communiqués différents lundi soir, évoquant un "partenariat stratégique" basé sur "la mise en valeur de contenus culturels".

"Vivendi s’est engagé irrévocablement à souscrire à une augmentation de capital réservée d’un montant de 159 millions d’euros à un prix de 54,0 euros par action, soit le cours de clôture de Fnac le 8 avril dernier. A l’issue de l’augmentation de capital, Vivendi détiendra environ 15 % du capital et des droits de vote de Fnac", a-t-on également appris.

Cette entrée "minoritaire" au capital de la Fnac s’inscrit "dans le cadre d’un partenariat stratégique fondé sur un projet de coopération dans les domaines culturels", ajoute Vivendi. "L’entrée de Vivendi au capital de Fnac permettra de doter Fnac de moyens supplémentaires pour mettre en œuvre ses plans de développement et de croissance externe", indique quant à elle la Fnac.

 
Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !