Viry-Châtillon : les deux policiers sont "sains et saufs" mais garderont "des séquelles importantes" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Viry-Châtillon : les deux policiers sont "sains et saufs" mais garderont "des séquelles importantes"
©Reuters

Graves conséquences

Viry-Châtillon : les deux policiers sont "sains et saufs" mais garderont "des séquelles importantes"

Le Figaro a interrogé le professeur Maurice Mimoun, chef du service chirurgie plastique, esthétique et traitement des brûlés de l'Hôpital Saint-Louis de Paris.

Deux semaines après leur terrible agression, les deux policiers touchés par les cocktails Molotv sont "sains et saufs" a affirmé, auprès du Figaro, le professeur Maurice Mimoun, chef du service chirurgie plastique, esthétique et traitement des brûlés de l'Hôpital Saint-Louis de Paris. "Ils souffraient de brûlures au visage et aux mains. La jeune femme a reçu des soins spécialisés et est maintenant traitée en soins externes" souligne le médecin. "Dès son arrivée, le jeune adjoint de sécurité, brûlé au 3e degré profondément au visage et aux mains, a bénéficié des soins de réanimation réalisés par l'équipe du professeur Alexandre Mebazaa et des soins chirurgicaux prodigués par mon équipe. L'intervention chirurgicale a consisté à l'excision de toute la brûlure et à son remplacement par une greffe prise sur son cuir chevelu. Ses mains ont été traitées puis immobilisées par des fixateurs externes permettant ainsi de les maintenir dans la meilleure position pour qu'elles récupèrent au mieux leur mobilité."

"La vie sauvée ne veut pas dire que leur parcours médical est terminé" précise le professeur Mimoun. "Le visage et les mains sont les deux zones du corps les plus visibles. C'est pourquoi, il est important de préciser que le pronostic fonctionnel, social et esthétique des deux patients est quant à lui engagé. Ils garderont des séquelles importantes que nous nous efforcerons de limiter."

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !