Viry-Châtillon : 11 personnes arrêtées et placées en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Viry-Châtillon : 11 personnes arrêtées et placées en garde à vue
©Reuters

Attrapées

Viry-Châtillon : 11 personnes arrêtées et placées en garde à vue

Elles sont suspectées d'avoir participé à l'attaque de policiers début octobre.

Onze personnes âgées de 17 à 19 ans ont été interpellées et placées en garde à vue ce matin. Neuf d'entre elles ont été interpellées dans le quartier de la Grande Borne, entre les communes de Viry et Grigny, les deux autres à Etampes et en Seine-et-Marne. Selon le parquet, ces arrestations se sont déroulées sans incident. Elles ont eu lieu dans l'enquête sur l'attaque de policiers début octobre à Viry-Châtillon, en Essonne. L'opération de police est toujours en cours ce mardi matin.

Une attaque de 45 secondes

En octobre 2016, un groupe d'individus encagoulés s'en était pris à deux véhicules de la police nationale stationnés dans le cadre d'une opération de surveillance de la voie publique. Entre dix et vingt personnes avaient d'abord brisé les vitres des véhicules à l'aide de pierres, puis avaient jeté une douzaine de cocktails Molotov. Ensuite, ils ont tous pris la fuite. L'attaque n'a duré que 45 secondes. Une partie de la scène avait été filmée par une caméra de surveillance. Les agresseurs ont fait deux blessés graves et deux blessés légers. L'attaque avait également déclenché un vaste mouvement de protestation des policiers dans toute la France.  

Début décembre, un adolescent de 17 ans, soupçonné d'avoir participé à la confection des cocktails Molotov utilisés lors de l'agression, avait été mis en examen et écroué. Par la suite, il a été remis en liberté. Un second mineur âgé de 15 ans, soupçonné avoir lui aussi participé à la fabrication des engins incendiaires, avait été placé sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre la mise en examen et l'état de simple témoin.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !