Virginie Calmels s'en prend violemment à Edouard Philippe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Virginie Calmels s'en prend violemment à Edouard Philippe
©NICOLAS TUCAT / AFP

Critiques

Virginie Calmels s'en prend violemment à Edouard Philippe

Dans une interview accordée au Point, la numéro 2 des Républicains fait beaucoup de reproches au Premier ministre.

Dans les colonnes du Point, Virginie Calmels évoque son livre "J'assume" (éditions de l'Observatoire, sortie mercredi 14 mars), dans lequel elle se confie sur ses quatre ans passés en politique. "J'ai pris beaucoup de coups durant les quatre dernières années, on a dressé des portraits de moi faux et caricaturaux. Ce livre montre ce que j'ai essayé de faire, à savoir rester fidèle à mes valeurs et à ma famille politique", explique la juppéiste au Point.

Edouard Philippe "a trahi sa famille politique"

Celle qui a soutenu Alain Juppé lors de l'élection présidentielle n'hésite pas à étriller dans son ouvrage les proches du maire de Bordeaux, notamment ceux qui sont devenus macronistes. "Les juppéistes qui sont devenus macronistes, l'ont fait avant tout pour obtenir des postes", tacle le numéro 2 des Républicains dans les colonnes du Point. Et de s'attaquer à Edouard Philippe : "Pendant la campagne présidentielle, il a été l'un des seuls à ne pas dire à Alain Juppé de prendre la place de François Fillon. Avait-il déjà anticipé un potentiel destin gouvernemental ? Je ne sais pas. Le fait est qu'il a trahi sa famille politique en envoyant au tapis nos candidats aux législatives. Quant à la politique actuelle d'Emmanuel Macron appliquée par le Premier ministre, c'est une imposture intellectuelle de prétendre que ce serait la mise en œuvre du projet d'Alain Juppé qui était d'ailleurs très voisin de celui de François Fillon".  

Cependant, elle estime ne pas être à Laurent Wauquiez ce qu'Édouard Philippe est à Emmanuel Macron. "Le Premier ministre est clairement une caution pour le président. Pour ma part, je suis une complémentarité. Quand Philippe passe chez Emmanuel Macron, il ne négocie rien. Il prend un poste et la feuille de route est fixée par l'Élysée. C'est le gouvernement Macron et tout le monde sait qu'Édouard Philippe a le doigt sur la couture du pantalon. Il a été son bras armé afin de faire exploser la droite. Sur le perron de Matignon, lorsqu'il rappelle être un homme de droite, il porte une responsabilité : celle de brouiller les cartes avant les législatives", explique Virginie Calmel.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !