Violences en marge de Bastia-OM : 44 policiers et gendarmes blessés, Cazeneuve "condamne fermement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Violences en marge de Bastia-OM : 44 policiers et gendarmes blessés, Cazeneuve "condamne fermement"
©

Incidents

Violences en marge de Bastia-OM : 44 policiers et gendarmes blessés, Cazeneuve "condamne fermement"

Peu après l'arrivée du bus des joueurs de l'OM, accompagnée de jets de quelques bombes agricoles, un groupe d'une centaine de supporteurs bastiais a jeté des projectiles en direction de CRS positionnés à l'entrée du stade.

Le championnat de France de football a repris ses droits. Ce samedi avait lieu la première journée de Ligue 1, et notamment le match opposant le Sporting club de Bastia à l'Olympique de Marseille. Si la rencontre a été plaisante sur le terrain, elle a été émaillée d'incidents à l'extérieur du stade Armand Cesari de Furiani. En effet, avant le début du match, et peu après l'arrivée du bus des joueurs de l'OM, accompagnée de jets de quelques bombes agricoles, un groupe d'une centaine de supporteurs bastiais a jeté des projectiles en direction de CRS positionnés à l'entrée du stade.

Les supporteurs bastiais ont jeté des bombes agricoles, des pierres, des barrières métalliques et des bouteilles en verre en direction des CRS avant que le service de sécurité du club ne parvienne à les calmer. Des heurts avec les forces de l'ordre qui ont fait 44 blessés chez les policiers et gendarmes a annoncé dimanche le ministère de l'Intérieur. "Dix fonctionnaires des Compagnies Républicaines de Sécurité, 34 gendarmes mobiles ont été blessés ou contusionnés et huit d'entre eux soignés à l'hôpital" lors de ces violences, précise l'Intérieur dans un communiqué.

Dans son communiqué, le ministre, Bernard Cazeneuve "condamne fermement ces violences délibérées" et réclame la "détermination (des) responsables concernés, aux plans local et national, pour mettre un terme à ces comportements violents, en particulier à l'égard des forces de l'ordre qui doivent être respectées".

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !