Violences du 1er Mai : Mélenchon reconnaît s'être complètement trompé en mettant en cause l'extrême droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Violences du 1er Mai : Mélenchon reconnaît s'être complètement trompé en mettant en cause l'extrême droite
©

Rétropédalage

Violences du 1er Mai : Mélenchon reconnaît s'être complètement trompé en mettant en cause l'extrême droite

Le député insoumis avait indiqué sur Twitter que les violences provenaient "sans doute des bandes d'extrême droite".

"Insupportables violences contre la manifestation du premier mai. Sans doute des bandes d'extrême droite." Tel est le message qu'a twitté Jean-Luc Mélenchon mardi 1er mai dans l'après-midi, alors que des magasins étaient saccagés à Paris, en avant de la manifestation sociale. Une sortie bien curieuse, les auteurs des violences étant des Black Blocks, plutôt classés à l'extrême gauche.

"Vous avez dit qu'ils étaient d'extrême droite, personne n'a compris !" lui a fait remarquer Jean-Jacques Boiurdin ce matin, sur RMC. Le leader des Insoumis a reconnu alors qu'"apparemment, ce n'est pas le cas ". Il a expliqué avoir rédigé son tweet de façon trop précipité. "Sur le moment, j'étais en train, pour être honnête, je rentrais de Marseille, on avait fait la manif le matin, je remontais. On m'a dit 'oh là là, ça casse'. Et comme en ce moment des violences d'extrême droite il y en a partout, et que ça n'a l'air d'intéresser personne des importants de l'Etat..." a-t-il affirmé.

Et de poursuivre : "Je me dis, 'ah ça, des gens qui empêchent une manif du 1er-Mai d'avoir lieu, bon bah c'est des fachos. Alors évidemment quand je suis arrivé j'ai vu qu'il s'agissait d'autre chose".

A LIRE AUSSI : Jean-Luc Mélenchon fustige "les fils à papa" qui "pètent les vitrines de McDo"

Lu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !