Viol dans un lycée de La Rochelle : les 539 prélèvements ADN réalisés sont tous négatifs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Viol dans un lycée de La Rochelle : les 539 prélèvements ADN réalisés sont tous négatifs
©

Espoir réduit

Viol dans un lycée de La Rochelle : les 539 prélèvements ADN réalisés sont tous négatifs

Sept mois après le viol qui s'est produit dans les toilettes de l'établissement, l'agresseur reste introuvable.

L'analyse de 539 prélèvements ADN effectués à la mi-avril dans un lycée de La Rochelle pour tenter d'identifier le violeur d'une jeune fille, agressée en septembre 2013, s'est avérée "négative", a déclaré le procureur de la République à La Rochelle. "Les prélèvements massifs sont tous négatifs, mais il reste quelques prélèvements à analyser et d'autres à effectuer", a déclaré Isabelle Pagenelle, confirmant ainsi une information de la radio Europe 1. La magistrate a précisé que les prélèvements restant à analyser avaient été réalisés en dehors de cette campagne sans précédent réalisée au sein du lycée privé Fénelon-Notre-Dame de La Rochelle.
 
La procureur de la République n'a cependant pas livré d'autres détails. Sept mois après le viol qui s'est produit dans les toilettes de l'établissement, l'agresseur reste introuvable, en dépit d'une trace ADN masculine, inconnue, recueillie sur les vêtements de la victime. La lycéenne avait été violée lumières éteintes par un agresseur inconnu, d'où l'impossibilité pour elle de fournir des éléments précis d'identification sur son agresseur. La justice s'était donc résolue à cette vaste opération assez inhabituelle pour laquelle les enquêteurs avaient minutieusement recensé les personnes masculines - lycéens, enseignants et personnels techniques ou extérieurs - présentes au lycée au moment des faits.
 
"Cette campagne a permis de faire rebondir l'enquête sur d'autres pistes et aussi de réduire le nombre de suspects", a ajouté la magistrate. "Cela nous permet de nous intéresser aux gens qui auraient pu être là de façon illégitime". L'affaire, qui n'avait été dévoilée que le 11 avril en même temps que l'annonce de la collecte massive, avait connu une très forte résonance médiatique, attirant de nombreux journalistes aux portes du lycée où les élèves semblaient plus perturbés par la révélation du viol dans l'enceinte de l'établissement que par les prélèvements ADN.
Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !