Vincent Peillon, Jean-Pierre Raffarin, Rama Yade... retrouvez le best-of de l'actualité politique de la matinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Vincent Peillon, Jean-Pierre Raffarin, Rama Yade... retrouvez le best-of de l'actualité politique de la matinée
©Reuters

Dans l'actu

Vincent Peillon, Jean-Pierre Raffarin, Rama Yade... retrouvez le best-of de l'actualité politique de la matinée

La Syrie et la primaire de la gauche étaient au coeur de l'actualité des matinales, ce mardi.

Il est l'invité surpris de la primaire de gauche. Au micro de France Inter ce mardi matin, Vincent Peillon a affirmé une nouvelle fois qu'il ne se serait pas présenté si François Hollande avait été candidat, car il aurait été "le candidat naturel". Mais la primaire est pour lui un bon moyen de "créer de l'unité". L'ancien ministre de l'Education a également évoqué la situation en Syrie et a dénoncé aussi ceux qui critiquent l'Union européenne… notamment Manuel Valls, qui réclame un retour à un pouvoir accru des États-membres.


Vincent Peillon : "La France est le seul pays...par franceinter

Jean-Pierre Raffarin, président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, et qui avait soutenu Alain Juppé à la primaire, s'est félicité de la discipline de la droite, rangée derrière François Fillon. "On n'a pas pris la victoire de François Fillon à la primaire comme une défaite. Il a également défendu les concessions faites par François Fillon sur son projet de refonte de l'Assurance maladie, estimant que le vainqueur de la primaire revenait à une position gauliste.


Jean-Pierre Raffarin : "François Fillon revient...par Europe1fr

Invitée de Public Sénat ce mardi matin, Rama Yade a évoqué le conflit en Syrie. "Ce qui se passe aujourd'hui à Alep est proprement inhumain, a-t-elle fustigé, alors que les forces du régime sont sur le point de reprendre la ville d'Alep. C'est maison après maison que les troupes de Bachar Al Assad commettent des atrocités sur les femmes, les enfants, les civils, et nous ne disons rien". "Nous avons joué au pompier pyromane avec cette région du monde depuis l'invasion de l'Irak et c'est ce que nous payons aujourd'hui, a déploré l'ancienne secrétaire d'Etat. Le fait d'opposer l'Etat Islamique à Assad en disant qu'il vaut mieux, entre la peste et le choléra, choisir la peste, c'est le pire des renoncements, parce que Bachar Al Assad est un boucher. C'est le boucher de Damas qui a 300 000 morts sur la conscience." 


Rama Yade sur Alep : « Nous avons joué au...par publicsenat

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !