Vincent Peillon : "Je veux une laïcité ouverte, je ne veux pas une guerre des écoles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vincent Peillon souhaite appliquer un principe de "neutralité" à l'école
Vincent Peillon souhaite appliquer un principe de "neutralité" à l'école
©Reuters

Interview

Vincent Peillon : "Je veux une laïcité ouverte, je ne veux pas une guerre des écoles"

Le ministre de l'Education nationale était l'invité de RTL ce lundi matin. Il en a profité pour revenir sur la polémique causée par le débat sur le mariage pour tous évoqué à l'l'école.

Mariage gay

"Il y a un principe à l'école : la neutralité  Nous ne faisons pas de prosélytisme à l'école.Le mariage pour tous est un sujet difficile voir parfois douloureux. Il y a un souci de principe qui vaut pour tout le monde y compris les établissements publics. Je veux une laïcité ouverte, je ne veux pas une guerre des écoles. Il n'y en aura pas. La lettre d'Eric Delabarre était une maladresse. Je ne veux pas importer dans l'école des débats de société". 

"Nous devons veiller à la neutralité. Il faut faire attention. La laïcité, c'est veiller de ne pas blesser une conscience"

L'intervention de Najat Vallaud-Belkacem

"Najat Vallaud-Belkacem a répondu à une question et a donné son avis. Mais il n'y a pas d'accroc au principe de neutralité. Il faut faire la différence entre 8 000 débats organisés qui doivent être organisés dans les écoles catholiques et de l'autre côté, un simple avis. Chacun est libre de donner son avis".

L'impopularité du gouvernement

"Le gouvernement fait des réformes de structure, c'est pour cela que le gouvernement est impopulaire. Nous avons du courage et nous sommes dans l'action". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !