Vincent Lambert : le tribunal rendra sa décision jeudi sur son euthanasie passive | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vincent Lambert : le tribunal rendra sa décision jeudi sur son euthanasie passive
©

Suspense

Vincent Lambert : le tribunal rendra sa décision jeudi sur son euthanasie passive

Ses parents s'opposent à la décision du corps médical et de sa femme qui souhaitent arrêter les traitements de nutrition et d'hydratation artificielles.

Le tribunal de Châlons-en-Champagne tranchera jeudi sur l'affaire Vincent Lambert. Ses parents s'opposent à l'euthanasie passive décidée par le corps médical avec sa femme et une partie de sa famille. La juridiction souhaite "prendre le temps de la réflexion dans ce dossier complexe", a indiqué à l'issue de l'audience Jean-Jacques Louis, président du tribunal réuni ce mercredi en session plénière.

"Vincent ne pourra jamais aller mieux, c'est de l'acharnement thérapeutique de le laisser vivre dans cet état, il n'aurait jamais souhaité cela", a rappelé avant l'audience François Lambert, le neveu du patient tétraplégique hospitalisé au CHU de Reims depuis cinq ans en état de conscience minimale. "Il faut laisser l'hôpital faire son travail pour que Vincent trouve la paix. C'est respecter Vincent et un acte d'amour que de le laisser partir", a-t-il poursuivi.

Samedi, à l'issue de plusieurs réunions entre les médecins et la famille de Vincent Lambert, le docteur Eric Kariger, directeur du service de médecine palliative du CHU de Reims, a annoncé sa décision d'arrêter les traitements de nutrition et d'hydratation artificielles de son patient. Ce, en accord avec la loi Leonetti sur la fin de vie des malades. 

Les parents, une sœur et un demi-frère de Vincent Lambert, ont alors saisi la justice par un référé-liberté pour arrêter la décision médicale et obtenir le transfert du malade dans un autre établissement hospitalier. "C'est la première fois qu'un médecin s'acharne à faire mourir un patient sous prétexte qu'il aurait déclaré à des tiers qu'il ne voulait pas vivre en état de dépendance", a déclaré juste avant l'audience Jérôme Triomphe, l'avocat des parents de Vincent Lambert. "Vincent est handicapé, il n'a pas de maladie incurable, la loi Leonetti ne s'applique pas à son cas", s'est-il insurgé. 

Selon le corps médical, l'état de Vincent Lambert, 38 ans, lui permet une certaine interaction avec l'environnement, par la vue notamment, sans pour autant "être sûr qu'il intègre correctement les informations sensorielles". 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !