Villeneuve-Saint-Georges : il meurt dans les toilettes de l'hôpital et y reste 36 heures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Villeneuve-Saint-Georges : il meurt dans les toilettes de l'hôpital et y reste 36 heures
©

Drame

Villeneuve-Saint-Georges : il meurt dans les toilettes de l'hôpital et y reste 36 heures

Âgé de 56 ans, cet habitant de la commune voisine de Crosne a été découvert dans les toilettes de l'établissement par des agents de sécurité.

L'enquête va devoir déterminer ce qu'il s'est passé. Mais déjà les interrogations pleuvent. Comment un quinquagénaire a pu mourir seul dans les toilettes d'un hôpital ? Pourquoi personne ne s'en est rendu compte ? Toujours est-il que Jean-Marcel Labbé a été découvert mort dans les sanitaires de l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges dans le Val-de-Marne. Il a été retrouvé 36 heures après son décès. Selon les premiers éléments de l'enquête, la mort de cet homme de 56 ans remonte probablement à plus de 24 heures, a précisé la source policière.

Jean-Marcel Labbé a probablement été victime d'un malaise cardiaque ou d'une rupture d'anévrisme. La soeur du quinquagénaire, citée par Le Parisien et Europe 1, a dit que son frère s'était rendu à l'hôpital pour une radio des poumons, un rendez-vous fixé à 9h40 le samedi 4 janvier, et s'est offusquée qu'il puisse être resté 36 heures sans être découvert.

"J'en veux à tout le monde, bien évidemment", explique la sœur du défunt sur Europe 1, "aux gens du ménage, qui n'ont pas fait leur métier, qui ne se sont pas posés la question de savoir pourquoi les toilettes étaient fermées, au service de sécurité et à la direction de l'hôpital. Ce n'est pas possible de considérer que ce genre de chose passe dans la normalité" a-t-elle affirmé. Contactée par l'AFP, la direction de l'hôpital n'était pas immédiatement joignable ce mardi matin. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !