Vidéo de viol publiée sur les réseaux sociaux : deux suspects arrêtés à Perpignan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Vidéo de viol publiée sur les réseaux sociaux : deux suspects arrêtés à Perpignan
©Reuters

Insoutenable

Vidéo de viol publiée sur les réseaux sociaux : deux suspects arrêtés à Perpignan

La victime a été retrouvée en état de choc dans l'appartement d'un des deux violeurs présumés.

Une vidéo insoutenable diffusée sur les réseaux sociaux. Deux violeurs présumés ont été interpellés dans la nuit de dimanche à lundi à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Agées d'une vingtaine d'années, ils sont soupçonnés d'avoir violé une jeune fille avant de diffuser la vidéo sur le réseau Snapchat, cette dernière se retrouvant ensuite sur Facebook. La jeune femme de 19 ans violée dans la vidéo a été retrouvée dans l'appartement d'un des deux violeurs présumés. En état de choc, elle a été immédiatement évacuée au centre hospitalier de Perpignan.

Dimanche soir, une enquête préliminaire avait été ouverte à Evry dans l'Essonne. En effet, les deux suspects ont prétendu sur les réseaux sociaux être originaires de Grigny, dans ce même département.

Selon le journal Le Parisien, une source judiciaire a indiqué que le commissariat d'Evry a reçu "le signalement d'une personne qui a trouvé cette vidéo inacceptable". La vidéo montrerait "des jeunes qui partent en scooter avec une fille dans une maison. Ils la font boire, ils la droguent et ils la violent avec une bouteille de whisky", poursuit cette même source. "On peut identifier deux agresseurs ainsi que la fille, qui est très visible", a-t-elle ajouté. 

Les identités des deux individus avaient été dévoilées dans la matinée de lundi par de nombreux internautes. Beaucoup d'entre eux ont déclaré avoir contacté Facebook pour faire retirer la vidéo et avoir reçu des réponses négatives du réseau social. Ce lundi matin, le géant américain semblait décidé à enlever la plupart des images relatives à cette vidéo. 

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !