Vents violents : onze départements du Sud-Ouest placés en vigilance orange par Météo France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vents violents : onze départements du Sud-Ouest placés en vigilance orange par Météo France
©Flickr

Prudence

Vents violents : onze départements du Sud-Ouest placés en vigilance orange par Météo France

La tempête "Marcel" touchera une zone allant de la Charente-Maritime aux Pyrénées-Orientales.

La France n'en a pas fini avec les tempêtes. Après Leiv ce samedi, c'est au tour de la tempête Marcel de frapper le sud-ouest du pays. "Une nouvelle perturbation baptisée Marcel s'enroule sur le pays aujourd'hui" a indiqué Météo France dans son bulletin.Ce dimanche matin, onze départements ont été placés en alerte orange "vents violents". Les territoires concernés sont l'Ariège, l'Aude, la Charente-Maritime, la Haute-Garonne, le Gers, la Gironde, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques, le Lot-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, ainsi qu'Andorre.

Le matin, la dépression Marcel va frapper la côte Aquitaine avec des vents atteignant 120 à 140 km/h sur les caps et côtes exposés. Les vents deviendront violents dans les terres aquitaines, avec des rafales à 100 km/h et des averses parfois orageuses. Dans l'après midi, les vents violents s'étendront à tous les départements au sud de la Garonne. Dimanche soir, si les vents baisseront d'intensité sur la côte aquitaine, ils deviendront progressivement très violents sur le Roussillon.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la tempête Leiv avait déjà touché le Sud-Ouest avec des rafales de vent jusqu'à 148 km/h. Dimanche soir, 60 000 foyers étaient encore privés d'électricité hier soir. L'alerte météo est valable jusqu'à lundi 6 heures.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !