Vendanges 2012 : Peu de raisins, faible récolte en vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vendanges 2012 : Peu de raisins, faible récolte en vue
©

Manque de jus

Vendanges 2012 : Peu de raisins, faible récolte en vue

La récolte 2012 s'annonce comme l'une des pires depuis 1991. Les volumes seront bas et les viticulteurs se plaignent.

Les vendanges 2012 commencent ou ont déjà démarré dans certains vignobles de France. Et cette année, les viticulteurs font la grimace. Les conditions climatiques difficiles au printemps et l'été sans soleil ou presque n'ont favorisé la formation des grappes de raisin. Ainsi, la récolte s'annonce désastreuse en terme quantitatif. Même Stéphane Le Foll l'a confirmé jeudi soir. Le ministre de l'Agriculture a indiqué que ce serait "la plus faible récolte depuis 1991" avec 42,5 millions d'hectolitres prévus. L'année précédente, la récolte pour les vendanges avait été de 51 millions d'hectolitres. "Cette situation est globalement constatée au niveau mondial", a-t-il précisé.

Du côté des viticulteurs, le constat est bien évidemment le même. "La météo n'a pas été avec nous depuis le début de l'année avec le gel et la grêle et nos vignes souffrent. Nous nous attendons à une récolte désastreuse au niveau des volumes. Nous sommes inquiets" ont indiqué les représentants du secteur. Mais pas de crainte excessive car si le volume est prévu en baisse, "le millésime s'annonce prometteur", ont-ils affirmé.

Malgré toutes ces préoccupations, le ministre a souligné "le dynamisme" de la filière avec une progression des exportations en 2011, "en valeur et en volume : plus de 7 milliards d'euros en valeur et 14 millions d'hectolitres en volume". Le chiffre d'affaires d'export pour les vins et eaux de vie équivaut à "la vente de 154 Airbus", a-t-il dit. 

 

francetransactions.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !