Vatileaks : Paolo Gabriele, l'ancien majordome du pape Benoît XVI se dit innocent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'ancien majordome du pape, Paolo Gabriele, a clamé son innocence lors de son procès.
L'ancien majordome du pape, Paolo Gabriele, a clamé son innocence lors de son procès.
©Reuters

Saga papale

Vatileaks : Paolo Gabriele, l'ancien majordome du pape Benoît XVI se dit innocent

Paolo Gabriele est poursuivi pour "vol aggravé".

L'affaire Vatileaks n'est pas prête de s'arrêter. Au cours de la deuxième audience du procès, l'ancien majordome du pape âgé de 43 ans et accusé d'avoir fait fuiter des documents confidentiels dans la presse a clamé son innocence. Poursuivi pour "vol aggravé", il s'est néanmoins déclaré "coupable" vis-à-vis de Benoît XVI. Paolo Gabriele a ainsi affirmé : "Pour ce qui concerne le vol aggravé, je me déclare innocent. Je me sens coupable d'avoir trahi la confiance qu'avait placée en moi le Saint-Père que j'aime comme un fils".

Il a par ailleurs ajouté avoir agi seul tout en reconnaissant avoir eu de nombreux contacts au Vatican, dont des cardinaux, expliquant que " depuis 1997, tous [le] connaissaient au Vatican, [lui] faisaient confiance ". Paolo Gabriele a néanmoins précisé n'avoir jamais reçu d'argent en échange de ses informations, "c'était une condition essentielle" selon lui. Il affirme également ne "pas être le seul au cours des années à avoir fourni des informations confidentielles à la presse".

L'ex-majordome s'est par ailleurs plaint pendant l'audience de ses conditions de détention après son arrestation en mai. Il a ainsi affirmé avoir été détenu pendant près de vingt jours dans une minuscule pièce où il ne pouvait même pas étendre les bras et dans laquelle la lumière était allumée vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Un juge du Vatican a donc ordonné une enquête sur les conditions de détention de Paolo Gabriele pour vérifier ses dires tout en assurant par l'intermédiaire de son porte-parole que le Saint-Siège respectait les conventions internationales en ce qui concerne les conditions de détention.



Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !