Le Vatican est d'accord avec les indignés américains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le Vatican est d'accord avec
les indignés américains
©

Pavés et goupillons

Le Vatican est d'accord avec les indignés américains

Le conseil pontifical "justice et paix" reconnaît une convergences de vue avec les Américains qui demandent plus de régulation des marchés financiers.

Les indignés américains et le Vatican main dans la main contre les marchés financiers. Étonnant ? Pourtant, le conseil pontifical du Vatican pour la justice et la paix a émis de fortes critiques contre le système financier mondial. Dans un communiqué publié le 24 octobre, cet organe du Vatican recommande que "les politiques - qui sont responsables du bien public - priment sur l'économie et la finance".

Le Washington Post remarque que la charge du Vatican contre les excès de la finance n'est pas sans rappeler les positions des manifestants "indignés" qui occupent un square à proximité de Wall Street. Le texte du Conseil du Vatican pour les questions de justice et de société se montre favorable à une taxe sur les transactions financières internationales et insiste sur l'importance de la gouvernance économique mondiale.

Interrogées sur leur appui éventuel au mouvement Occupy Wall Street, les autorités vaticanes préfèrent parler de "coïncidence sur une convergence  à propos de certains sujets". "Mais après tout, ces propositions sont raisonnables", a déclaré le secrétaire du conseil Justice et Paix, un organe créé au moment du concile de Vatican II.

Une nouvelle alliance des pavés et du goupillon est-elle en train de voir le jour ? Les catholiques conservateurs eux, se sont offusqués du contenu du texte du conseil, qui s'appuie pourtant avant tout sur des propos de Benoît XVI.

Lu sur The Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !