Vatican : le pape François serait sous la menace de la mafia | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François serait dans le collimateur de la mafia
Le pape François serait dans le collimateur de la mafia
©REUTERS/Dylan Martinez

Préoccupant

Vatican : le pape François serait sous la menace de la mafia

Dans une interview accordée à un quotidien italien, un procureur juge plausible que la 'ndrangheta (la mafia calabraise) réfléchisse à se débarrasser du souverain pontife.

"Le pape François gêne la mafia. Si les parrains en ont le pouvoir, ils tenteront de l'arrêter. Le souverain pontife est en danger." Ces mots lâchés ce mercredi par Nicolas Gratteri inquiètent. Interrogé par le quotidien Il Fatto Quotidiano, dont Le Point a repris les grandes lignes, ce procureur de Reggio de Calabre, le fief de la 'Ndrangheta (la mafia la plus puissante d'Italie), tire la sonnette d'alarme. Selon ce grand juge anti-mafia, le souverain pontife pourrait se retrouver bientôt dans le collimateur du crime organisé. En cause : la politique de transparence imposée à l'Institut pour les œuvres de religion, à savoir la banque du Saint-Siège, depuis l'arrivée du pape François.

"François veut nettoyer les institutions financières du Vatican. Les mafieux qui recyclent l'argent de la criminalité organisée grâce à des connivences avec l'Église s'inquiètent. J'ignore si les parrains ont les moyens de faire quelque chose contre le pape, mais je sais qu'ils y pensent. Le danger est réel" assure Nicolas Gratteri dans les colonnes du quotidien italien. "Tous ceux qui se nourrissent du pouvoir de l'Eglise sont nerveux. Le pape est en train de démanteler des centres de pouvoir économique dans le Saint-Siège sur lesquels les parrains comptaient" ajoute le magistrat. La vigilance est donc de mise et les services de sécurité sont sur le qui-vive. Car depuis son arrivée à la tête de l'Eglise, le souverain pontife multiplie les bains de foule, ce qui rend compliqué d'assurer sa sûreté. Et Le Point de certifier qu'à l'heure actuelle la place Saint-Pierre est plus dangereuse que le 13 mai 1981, jour où Jean-Paul II avait été atteint par balles. Inquiétant.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !