Variole du singe : 16 cas ont été officiellement confirmés en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La France compte officiellement seize cas « confirmés » d'infection au virus de la variole du singe, selon les autorités sanitaires.
La France compte officiellement seize cas « confirmés » d'infection au virus de la variole du singe, selon les autorités sanitaires.
©Christophe ARCHAMBAULT / AFP

santé

Variole du singe : 16 cas ont été officiellement confirmés en France

La Haute autorité de Santé a recommandé la vaccination des adultes ayant eu un « contact à risque ».

Alors que sept cas étaient avérés mercredi, les autorités sanitaires ont annoncé plus du double dimanche. Une nouvelle actualisation de ce bilan est prévue lundi. La France comptait donc officiellement ce samedi seize cas « confirmés » d'infection au virus de la variole du singe, selon les autorités sanitaires dans un communiqué publié dimanche.

Sur ces seize cas, douze ont été rapportés en Ile-de-France, un en Auvergne-Rhône-Alpes, deux en Occitanie et un en Normandie, selon les chiffres de Santé publique France.

Le précédent bilan faisait état de sept cas « avérés » selon la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon mercredi.

La ministre avait indiqué que les autorités ne s'attendaient pas à une « flambée » de la maladie, et que le pays disposait de stocks suffisants de vaccins pour les personnes cas contact. 

La Direction générale de la Santé a indiqué vendredi à l'AFP que deux premières personnes, considérées comme ayant eu un contact à risque avec un malade de la variole du singe, ont été vaccinées à Paris, à l'hôpital Bichat.

Face aux cas de variole du singe, dans un avis rendu mardi, la Haute autorité de Santé a recommandé la vaccination des adultes, y compris des professionnels de santé, ayant eu un contact à risque avec un malade.

La variole du singe (« monkeypox » en anglais) ou « orthopoxvirose simienne » est une maladie considérée comme rare, connue chez l'être humain depuis 1970.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !