Valls confirme que Mélenchon l'a traité de "nazi" et l'accuse de complaisance avec l'antisémitisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valls confirme que Mélenchon l'a traité de "nazi" et l'accuse de complaisance avec l'antisémitisme
©JACQUES DEMARTHON / AFP

La guerre est déclarée

Valls confirme que Mélenchon l'a traité de "nazi" et l'accuse de complaisance avec l'antisémitisme

"Je ne l'ai pas entendu mais il l'a dit, il y a plusieurs témoins" a indiqué l'ancien Premier ministre au micro d’Europe 1.

A fleur de peau, Manuel Valls. Invité par Europe 1 ce jeudi matin, l'ancien Premier ministre est revenu sur les révélations du Canard Enchaîné, selon lesquelles Jean-Luc Mélenchon l'aurait qualifié de "nazi" à l'Assemblée nationale. "Je ne l'ai pas entendu mais il l'a dit, il y a plusieurs témoins, et il a proféré devant moi de nombreuses insultes", a affirmé le député. "Quand vous traitez un responsable politique de fasciste ou de nazi c'est une manière de le disqualifier pour empêcher le débat. C'est pour ça que c'est insupportable". Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon a nié avoir prononcé ou penseé le mot nazi, mais estime que Valls est en "perdition politique".

Pour l'ex-patron de Matignon, une partie des responsables de la France insoumise font preuve d'une certaine complaisance envers l'antisémitisme et de l'islamisme.  "Je pense qu'il y a une partie de la gauche qui est soit complaisante ou qui n'a pas pris conscience» de l'antisémitisme, juge l'ancien locataire de Matignon. «Je pense que c'est théorisé au sein de la France Insoumise, notamment sur les questions de sécurité et de terrorisme. Quand votre oratrice principale, c'est la députée Obono,dont on connaît aujourd'hui les prises de positions, les textes qu'elle a écrits après les attentats de 2015 ou la grande manifestation du 2 janvier ; quand elle dit qu'elle a plutôt pleuré pour Dieudonné et pas pour les victimes de Charlie…".

Cette ambigüité avec l'antisémitisme relève au moins de "l'opportunisme" juge celui qui fut chef du gouvernement sous le quinquennat Hollande. "C'est oublier que ce nouvel antisémitisme est là. Il est présent dans les quartiers populaires depuis des années. Il a fait des dégâts considérables. Il est au cœur de la radicalisation de milliers de gamins".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !