Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice

"Aucun souvenir de la rencontre"

Valéry Giscard d’Estaing est accusé d’agression sexuelle par une journaliste allemande

L’ancien chef de l’Etat est visé par une plainte de la part d’une journaliste allemande qui l’accuse d’attouchements. Le directeur de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing affirme que celui-ci "ne se souvient de rien". Les faits remonteraient en décembre 2018 lors d'une interview pour la chaîne publique allemande WDR.

Valéry Giscard d’Estaing fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle, selon des informations du Monde. Une journaliste allemande accuse l’ancien président la République de lui avoir touché les fesses à plusieurs reprises lors d’une interview en 2018, selon des informations du Monde et du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

Les faits se seraient déroulés lors d’une séance photo après une interview en 2018 pour la chaîne publique allemande WDR, à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance de l’ancien chancelier fédéral, Helmut Schmidt. Ann-Kathrin Stracke, âgée de 37 ans, a porté plainte devant le parquet de Paris le 10 mars dernier. À la fin de l’entretien, la journaliste aurait demandé à Valéry Giscard d’Estaing s’il voulait bien poser avec elle, son cameraman et sa preneuse de son. C’est à ce moment-là, que l’ancien président lui aurait touché la taille et aurait posé sa main sur ses fesses.

La jeune femme explique avoir tenté de repousser sa main, "sans toutefois y parvenir". Selon elle, l’ancien président aurait réitéré son geste à plusieurs reprises : lors d’une seconde photographie, mais aussi quand l’ancien président a voulu lui montrer des images d’archives. Elle raconte également avoir reçu "des baisers appuyés sur les joues" au moment de le saluer.

La journaliste a confié les faits à sa direction qui s’est depuis tournée vers un cabinet d’avocats. Selon Le Monde, son cameraman a confirmé les faits, expliquant qu’il avait trouvé le comportement de l’ancien chef d’Etat "inapproprié".

Le directeur de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing, Olivier Revol, affirme de son côté que l’ancien président de la République, âgé de 94 ans, ne garde "aucun souvenir de sa rencontre" avec la journaliste. 

"Si ce qui lui est reproché était vrai, il en serait bien sûr navré, mais il ne se souvient de rien".

Selon la rédaction du Monde, "M. Revol se dit d’autant plus "étonné" par cette histoire que c’est la première fois, assure-t-il, que l’ancien chef de l’Etat est visé par ce type d’accusations".

La journaliste allemande a expliqué avoir attendu un an avant de porter plainte car "elle ne savait pas comment fonctionnait la justice française". Elle confie par ailleurs avoir été encouragée par le mouvement Metoo.

Le Monde
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.