Valéry Giscard d'Estaing dénonce une société "où l'argent a le pouvoir" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valéry Giscard d'Estaing dénonce une société "où l'argent a le pouvoir"
©STF / AFP

Vieux sage

Valéry Giscard d'Estaing dénonce une société "où l'argent a le pouvoir"

Valéry Giscard d’Estaing était l’invité du Salon littéraire de Meslay, où il s’est exprimé lors d’une conférence dont le thème était : « Les médias font-ils le monde ? »

L’ancien Président de la République a beau être nonagénaire, il ne perd rien des récentes évolutions du monde. Invité à un salon littéraire de Meslay, le président a donné son avis sur certains aspects de la vie médiatique moderne, mais pas uniquement. Interrogés sur le rôle des réseaux sociaux, qu’il considère comme relevant du « bavardage », qui s’oppose en toute chose à la logique réflexive de l’écriture. 

L’ancien président s’en est ensuite pris à une société dominée par l’argent :

« Actuellement, l’argent va avec le pouvoir, a-t-il ainsi déclaré. Le pouvoir est avec l’argent. À l’heure actuelle, l’enrichissement des plus riches est plus rapide qu’il ne l’a jamais été. Moyennant quoi personne ne proteste. C’est très étrange. Et cela dans le monde entier. La société évoluant dans une société où l’argent a le pouvoir, les éléments de culture s’infléchissent en direction de la demande de cette société. »

"VGE" s’est aussi permis un avertissement pour les prochaines élections : 

« Dans toutes les élections qui vont venir, ce sont les éléments populaires qui vont monter. On prend cet argument pour dire : “ Attention, il faut pouvoir tout de même continuer à exprimer des idées, des conclusions plus élaborées, et donc, tâchons d’écraser l’expression populaire ”. C’est une erreur. Il vaudrait mieux dire “ Il faut rouvrir davantage le système pour que les formes d’expressions et de jugement soient plus complètes ”. »

Lu sur la Nouvelle République

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !