Valérie Trierweiler : "L’Inde, c’est un retour vers la liberté", a-t-elle confié au Parisien Magazine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Valérie Trierweiler : "L’Inde, c’est un retour vers la liberté", a-t-elle confié au Parisien Magazine
©

Freedom

Valérie Trierweiler : "L’Inde, c’est un retour vers la liberté", a-t-elle confié au Parisien Magazine

Le journal a recueilli les confidences de l’ex-Première dame, tout au long de son voyage humanitaire en Inde.

"Je n'aimais pas les ors de l'Elysée". Nouvelle déclaration de Valérie Trierweiler, mais au Parisien Magazine cette fois. Le journal, qui publiera son reportage ce vendredi, a suivi l’ex-Première dame au cours de son voyage humanitaire en Inde. Périple qui succède à sa rupture avec François Hollande.

"L'Inde, c'est un retour vers la liberté, loin du monde politique et de ses trahisons", a-t-elle déclaré. "À un moment, il n'y a plus de vie. Nous n'avons pas vécu le pouvoir de la même façon. Ça a cassé quelque chose", a-t-elle raconté, évoquant sa relation avec le chef de l'Etat. "J'aurais préféré une vie normale, on serait peut-être encore ensemble aujourd'hui."" Dix-huit mots, presque un mois passé ensemble depuis son élection", a-t-elle également ironisé. "Il faut être deux pour s'aimer mais il suffit d'un pour se quitter". Avant de conclure : "Je sais qui je suis, je peux me regarder dans la glace. Je suis libre." 

L’ex-Première-dame entend ne pas abandonner son métier, "mais je n'ai pas de projet, c'est trop tôt". Néanmoins, elle a confié au Parisien Magazine "ne pas exclure d'écrire un livre". Elle souhaite également poursuivre ses actions caritatives. Lors de son trajet en avion vers l’Inde, elle s’était confiée au magazine Paris Match, dans lequel elle tient une chronique littéraire. "Quand j'ai su, j'ai cru tomber d'un gratte-ciel", a-t-elle déclaré dans l'interview à paraître ce jeudi. 

Vu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !