Valérie Pécresse demande aux Républicains l'exclusion de Christine Boutin, qui a appelé à voter pour Marine Le Pen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valérie Pécresse demande aux Républicains l'exclusion de Christine Boutin, qui a appelé à voter pour Marine Le Pen
©Reuters/Charles Platiau

Sans appel

Valérie Pécresse demande aux Républicains l'exclusion de Christine Boutin, qui a appelé à voter pour Marine Le Pen

"C’est le pacte fondateur du parti. C’est une ligne rouge que l’on ne peut pas franchir" a lancé la présidente de la région Ile-de-France.

Pour Valérie Pécresse, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. "Les Républicains doivent exclure tous ceux qui comme Christine Boutin appellent à voter pour le FN. C’est le pacte fondateur du parti. C’est une ligne rouge que l’on ne peut pas franchir". Dans les colonnes du Figaro de ce vendredi, la présidente de la région Ile-de-France a fustigé la décision de l’ancienne ministre du Logement et présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate (formation associée aux Républicains), qui a appelé à un "vote révolutionnaire" en faveur de Marine Le Pen.

Lundi, Christine Boutin avait soutenu l’idée d’un vote Marine Le Pen, non pas "par adhérence au Front national", mais pour contrer Emmanuel Macron, "l’incarnation de tout ce que je n’aime pas" avait-elle dit. "Je veux faire comprendre aux Français de droite que voter Le Pen, ce n’est pas adhérer au Front national. C’est simplement un votre contre Emmanuel Macron" avait poursuivi l'ancienne ministre.

Une position que ne partage absolument pas Valérie Pécresse qui se prononce pour un vote en faveur du leader d'En Marche !. "Ne louvoyons pas, ne tergiversons pas", a-t-elle précisé. "Nous devons faire battre Marine Le Pen car elle peut aujourd'hui gagner. Cela veut dire en clair voter Emmanuel Macron, même à contrecœur. Au second tour, on ne choisit pas, on élimine !". Elle appelle ensuite son parti "à viser la cohabitation".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !