Université d'été du PS : à La Rochelle, Manuel Valls lance un appel au rassemblement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls à La Rochelle
Manuel Valls à La Rochelle
©Reuters

Tous ensemble

Université d'été du PS : à La Rochelle, Manuel Valls lance un appel au rassemblement

"Ce qui nous unit doit être plus fort que nos différences", a déclaré dimanche le Premier ministre devant les militants socialistes.

Après une semaine de crise gouvernementale, le discours de clôture de Manuel Valls était le moment le plus attendu de la dernière journée de l'université d'été de La Rochelle. "Ce qui fait une famille, c'est une histoire partagée, c'est la solidité des liens. C'est la capacité à se rassembler. Car ce qui nous unit doit être plus fort que nos différences. C'est aussi la capacité à se retrouver, pour se parler et envisager ensemble l'avenir, le réinventer", a déclaré le Premier ministre devant les militants socialistes. 

"J'aime le débat", a assuré Manuel Valls. "Qu'au sein d'un parti, il y ait des interrogations, des débats, c'est normal. C'est sain. C'est utile. C'est indispensable", a-t-il encore estimé. "Mais faisons attention au choix des mots, à nos attitudes, à nos comportements, à la façon dont nous nous adressons les uns aux autres. Respectons-nous !", a-t-il poursuivi.

Manuel Valls a répondu à ses détracteurs de gauche en martelant que son gouvernement ne faisait "pas de l'austérité". Si la lutte contre les déficits est "une priorité", cette "réduction des déficits ne doit pas se faire par dogmatisme, ce n'est pas un but en soi" et "sur cette question, il n'y a pas de débat à avoir entre nous", a-t-il lancé sous les applaudissements. Dans une anaphore, il a asséné huit fois de suite "nous ne faisons pas de l'austérité". 

Le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a quant à lui mis en garde contre le "thatchérisme" de la droite et le "national-populisme" de l'extrême-droite, alors que la "gauche est en très mauvaise posture" pour les prochaines échéances électorales. "La gauche est (...) prévenue. Car si la droite revenait, elle serait thatchérienne. Ni thatchérisme, ni national-populisme. Tel peut être, tel sera peut-être, le mot d'ordre de toute la gauche", a-t-il lancé dans son discours de clôture de l'université d'été du Parti socialiste.

Taubira rend visite aux frondeurs

La réunion de famille va-t-elle virer au pugilat ? Samedi, Christiane Taubira a assisté brièvement à la réunion des frondeurs du Parti socialiste réunis à La Rochelle en marge de l'université d'été du PS. "J'ai été invitée il y a plusieurs semaines, je crois qu'on peut entendre les débats. Je ne vois vraiment pas où est le problème", a commenté la ministre de la Justice. La garde des Sceaux - qui n'est pas encartée au Parti socialiste - a justifié sa présence en disant vouloir "prendre (sa) part" au débat politique. "Et j'en assume les conséquences", a-t-elle lancé. "Vous croyez le Premier ministre intolérant ?" a-t-elle ajouté alors qu'on lui demandait si elle mettait en porte-à-faux l'exécutif.

Valls n'y trouve rien à redire

De son côté, Manuel Valls a choisi de jouer l'apaisement. "Christiane Taubira est membre du gouvernement et a confirmé son engagement au président de la République et à moi-même, il y a une semaine. La cohérence, la clarté, la cohésion voulues par le président de la République ne sont pas évidemment mises en cause", a déclaré le chef du gouvernement. Et d'ajouter : "C'est bien que cette université d'été montre qu'il y a des débats, des discussions. Vous savez, le pays a des doutes, des interrogations, il a exprimé des colères et des frustrations à l'occasion du dernier scrutin, et il n'y aurait pas un débat ?" A la gare de La Rochelle, Manuel Valls a étéreçu par des sifflets et conspué par des militants de la CGT.

Martine Aubry, l'autre frondeuse 

Samedi, la maire de Lille, grande absente de La Rochelle, a demandé dans un communiqué que sa ville, "la 3e la plus chère de France", bénéficie du dispositif d'encadrement des loyers, tout juste écarté par Manuel Valls - sauf dans la capitale. "Nous demandons que, comme Paris, Lille et d'autres villes volontaires bénéficient de l'encadrement des loyers prévus par la loi Alur dans le respect de l'engagement 22 de François Hollande", a-t-elle déclaré.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Université d'été du PS : ces inspirations (de gauche...) sur lesquelles la gauche pourrait s'appuyer pour entrer dans le présentUniversité d'été du PS : Taubira assure qu'elle "assumera les conséquences" de sa visite surprise aux "frondeurs"Université d'été du PS à La Rochelle : "on ne se sifflera pas les uns les autres" assure Cambadélis

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !