Union UDI/MoDem : les sarkozystes s'activent pour faire échouer le rapprochement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Union UDI/MoDem : les sarkozystes s'activent pour faire échouer le rapprochement
©

Balle au centre

Union UDI/MoDem : les sarkozystes s'activent pour faire échouer le rapprochement

Le rapprochement entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo doit être officialisé mardi... et fait déjà grincer des dents chez les fidèles de l'ancien président.

Mardi 5 novembre devrait être un jour historique pour les centristes français : après de longues années passées à se bouder, François Bayrou, président du MoDem, et Jean-Louis Borloo, patron de l'UDI, vont officialiser le rapprochement de leurs formations en vue des échéances électorales de 2014.

Une union qui reste en travers de la gorge de la majorité des troupes sarkozystes, qui souhaitent eux-mêmes se rapprocher de Jean-Louis Borloo et voient d'un mauvais œil l'émergence d'une alliance politique de droite n'incluant pas l'UMP. "Est-ce que ce rassemblement ne va pas ensuite, au moment des européennes, devenir une division entre UMP et UDI, ce qui ouvrirait en grand les portes du FN ?", se questionne Frédéric Lefebvre, député des Français d'Amérique du Nord.

Devant les caméras, les manœuvres ont commencé pour faire capoter cette union des centres. La cible privilégiée : François Bayrou, un des plus fervents critiques de la présidence Sarkozy. "Nos actes nous suivent. Pour sortir du socialisme, on n'est pas obligé de choisir celui qui nous y a fait rentrer", lâche Brice Hortefeux sur France 5, ex ministre de l'Intérieur et fidèle du président sortant. Une allusion à l'appel du centriste à voter François Hollande au deuxième tour de la présidentielle de 2012. "C'est bien le positionnement incompréhensible de Bayrou, qui sur bien des questions est un libéral, qui fait que le centre tourne en rond", lance Nadine Morano, trésorière de l'association Les Amis de Nicolas Sarkozy, au JDD. Parmi les proches de Copé et d'Hortefeux, certains veulent la peau de Bayrou aux prochaines municipales, où il se présente à Pau : "On va s'employer à ce qu'il ne soit pas élu", confie l'un d'eux au JDD.

L'autre stratégie consiste à draguer Jean-Louis Borloo en espérant le faire revenir dans le giron de l'UMP. "Il y a une proximité réelle entre Nicolas [Sarkozy] et Jean-Louis. Nicolas le trouve intelligent, réel dans ses convictions, il a de l'attachement pour lui", assure Nadine Morano au JDD, en porte-parole d'un jour de l'ex président.

Sarkozy lui-même est préoccupé par le sujet. Fin septembre, au cours d'un déjeuner avec des parlementaires de droite à Nice, il avait lancé : "Il faut que le centre reste dans la famille. Si les centristes s'en vont, on ne sera pas au second tour en 2017". Songe-t-il à son hypothétique retour en politique ? A l'UDI, cet agacement des fidèle de Sarkozy fait doucement rire : "Cela gratouille, cela chatouille. Plus les sarkozystes réagiront, plus ils nous feront monter", confie Yves Jégo au JDD en sa qualité de député et vice-président de l'UDI. Il risque d'y avoir du sport ces prochaines semaines.

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !