Union européenne : ses dirigeants veulent revoir ses priorités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Union européenne : ses dirigeants veulent revoir ses priorités
©

Brainstorming

Union européenne : ses dirigeants veulent revoir ses priorités

Les résultats des élections européennes de ce dimanche, peu favorables à l'UE, ont fait réagir Bruxelles. Ainsi, ce mardi soir, les dirigeants européens ont lancé ce une consultation sur les "priorités" futures de l’Union et sur les nominations à la tête des institutions.

Les résultats des élections européennes de ce dimanche, peu favorables à l'UE, ont fait réagir Bruxelles. Ainsi, ce mardi soir, les dirigeants européens ont lancé ce une consultation sur les "priorités" futures de l’Union et sur les nominations à la tête des institutions. Le président du conseil européen Herman Van Rompuy a déclaré avoir reçu un "mandat" des chefs d’Etat et de gouvernement pour "conduire des consultations avec le Parlement européen, les différents groupes parlementaires dès qu’ils seront constitués" et les dirigeants. Ces consultations porteront "sur les nominations", à commencer par celle du président de la Commission, et sur les "priorités" pour les cinq prochaines années, a détaillé Herman Van Rompuy à l’issue d’un dîner entre les 28 à Bruxelles. Il a également évoqué sa rencontre avec Jean-Claude Juncker, le candidat du PPE, le parti de centre-droit arrivé en tête des élections. 

François Hollande a, quant à lui, déclaré que Herman Van Rompuy allait "regarder s’il y a la possibilité d’une majorité au Conseil et au Parlement". Il "va vérifier si ces deux majorités existent et si ce n’est pas le cas, il reviendra devant le Conseil européen". Fort de la position de premier parti du nouveau Parlement, avec 213 sièges sur 751, Jean-Claude Juncker revendique le poste de président de la Commission. Mais il lui faut former une majorité, et la seule possibilité pour l'atteindre est une grande coalition avec les socialistes (191 sièges), avec l'apport probable des libéraux (64). 

Concernant les priorités, Herman Van Rompuy a cité "la croissance, la compétitivité et les emplois", "le fonctionnement de l’union monétaire", la lutte contre le "changement climatique", le projet d’une "union de l’énergie" et la lutte contre l’immigration illégale.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !