Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©JOHN THYS / AFP

Les doigts dans le pot de confiture

Union européenne : Barroso accusé d'avoir fait du lobbying pour Goldman Sachs

Plusieurs ONG accusent l'ancien président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, de ne pas avoir respecté son engagement et d'avoir fait du lobbying pour son employeur actuel, la banque Goldman Sachs.

Le recrutement de l'ancien président de la Commission européenne par la banque d'affaires américaine avait fait un tollé. L'ancien Premier ministre portugais, qui a occupé la tête de la Commission de 2004 à 2014, a été engagé en 2016 par la banque d'affaires américaine pour des activités de conseil. La Commission - qui avait au début estimé qu'aucune règle n'avait été transgressée, rappelant simplement qu'il restait tenu au "secret professionnel" en tant qu'ancien président de l'exécutif bruxellois - avait même ouvert une enquête et Jean-Claude Juncker avait fini par saisir le comité d'éthique de la Commission, qui avait estimé que le code de conduite n'avait pas été bafoué.

Alors que José Manuel Barroso s'était engagé auprès du nouveau président, Jean-Claude Juncker, à ne pas faire de lobbying pour son nouvel employeur, il a été accusé cette semaine d'avoir violé cette règle effectué à ce titre du lobbying auprès d'un vice-président de l'exécutif européen, dans une lettre adressée au secrétaire général de la Commission Alexander Italianer, l'ONG Alter-Eu, qui réunit plusieurs associations anti-corruption.

Le vice-président de la Commission chargée de la compétitivité, de la croissance, et de l'emploi, Jyrki Katainen, a confirmé, dans un courrier à CEO, avoir rencontré Jose Manuel Barroso le 25 octobre à Bruxelles. Les deux hommes ont parlé commerce et défense, "tous les deux, sans autre participant".

Le comité d'éthique de l'UE "devrait cette fois-ci mener une enquête plus approfondie sur le rôle de M. Barroso auprès de Goldman Sachs et évaluer si l'ancien président a induit le président Juncker en erreur", réclament donc les associations dans leur lettre.

Lu dans Le Soir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !