Union européenne : A Londres, Angela Merkel rassure le Royaume-Uni sans trop lui promettre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Union européenne : A Londres, Angela Merkel rassure le Royaume-Uni sans trop lui promettre
©

Douche froide

Union européenne : A Londres, Angela Merkel rassure le Royaume-Uni sans trop lui promettre

Le Royaume-Uni espère entamer des renégociations pour rapatrier des pouvoirs de Bruxelles, en vue du référendum sur le maintien dans l’Union européenne en 2017.

"Certains attendent que mon discours indique le chemin d'une réforme fondamentale de l'architecture européenne, qui satisferait toutes sortes de demandes britanniques, réelles ou imaginées. J'ai bien peur que vous ne soyez déçus." Ce jeudi, à Londres, devant les deux chambres réunies du Parlement britannique, Angela Merkel a averti sans détour les plus eurosceptiques. Le Royaume-Uni espère entamer des renégociations pour rapatrier des pouvoirs de Bruxelles, en vue du référendum sur le maintien dans l’Union européenne en 2017.

La chancelière allemande a cependant nuancé ses propos : "On a besoin d'une Grande-Bretagne forte avec une voix forte à l'intérieure de l'Union européenne." Contrairement à François Hollande, beaucoup plus sec sur la question, elle a même laissé entendre que des compromis sont possibles pour aider le Royaume-Uni à ne pas quitter les Vingt-Huit. Mais elle n’a pas précisé lesquels. 

A la place de gestes spécifiques, Angela Merkel en est restée aux généralités allant dans le sens britannique d'un appel à des réformes libérales de l'Europe. "Nous devons changer l'Europe pour nous adapter à notre temps."Elle a également demandé à accélérer les négociations vers un accord de libre-échange entre l'UE et les Etats-Unis. Elle a aussi déclaré vouloir alléger les lourdeurs administratives qui pèsent sur les entreprises. Enfin, elle a insisté pour une Europe des Etats, qui ne laisserait pas trop de poids aux instances de Bruxelles.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !