Une primaire à l'UMP pour 2017 : Henri Guaino est contre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour Henri Guaino, la primaire est "contraire à l'esprit de la Ve République".
Pour Henri Guaino, la primaire est "contraire à l'esprit de la Ve République".
©Reuters

Je dis "non"

Une primaire à l'UMP pour 2017 : Henri Guaino est contre

Pour l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, la primaire est "contraire à l'esprit de la Ve République".

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche,Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, met en garde ses "amis" de l'UMP contre les conséquences d'une primaire à droite pour la présidentielle de 2017. "Je voudrais que chacun mesure bien à quel point [la primaire] est contraire à l'esprit de la Ve République", déclare-t-il. Selon lui, ce processus - sur lequel Jean-François Copé et François Fillon se sont mis d'accord cette semaine - fait d'un candidat "le prisonnier d'un camp" et rend "encore plus difficile qu'il devienne un jour l'homme de la nation, que doit être un président de la Ve République".

"C'est moderne ? demande le député UMP des Yvelines. Est-on obligé d'imiter en tout le PS ? Voilà la question que je pose à mes amis", ajoute-t-il, précisant toutefois que "si tout le monde en veut (...) je respecterai la règle commune".

Reste à savoir si Nicolas Sarkozy se soumettrait à cet exercice s'il devait faire son retour en politique. Son ancien conseiller spécial n'y croit guère : "Je ne vois pas comment un ancien président de la République, qui a incarné la nation tout entière, pourrait revenir en arrière en commençant par s'enfermer dans un camp pour ensuite revenir vers tous les Français". Et d'ajouter : "S'il décide d'être candidat, soit il n'y aura pas de primaires, soit elles seront une pure formalité".

Lu sur Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !