Une photographie de l’homme ayant décapité Samuel Paty a été retrouvée dans le téléphone de l'assaillant de l’attentat de Nice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Samuel Paty Nice attentat basilique Conflans-Sainte-Honorine
Samuel Paty Nice attentat basilique Conflans-Sainte-Honorine
©PASCAL GUYOT / AFP

Enquête en cours

Une photographie de l’homme ayant décapité Samuel Paty a été retrouvée dans le téléphone de l'assaillant de l’attentat de Nice

Une photographie du tueur islamiste de l'enseignant Samuel Paty aurait été retrouvée dans le téléphone de l'auteur de l'attentat de Nice. Le pronostic vital de l'assaillant de l’attentat de Nice, blessé de plusieurs balles par les policiers, est toujours "engagé".

Une photographie du tueur islamiste de l'enseignant Samuel Paty et un message audio qualifiant la France de "pays de mécréants" ont été retrouvés dans le téléphone de l'auteur de l'attentat qui a fait 3 morts du 29 octobre à la basilique de Nice, selon des informations du Figaro. Cet élément a été communiqué par le parquet national antiterroriste ce vendredi 13 novembre. Reste à savoir si cette avancée dans l'enquête permettra de découvrir d'éventuelles nouvelles ramifications et d'en savoir plus sur le réseau des terroristes. Samuel Paty avait été assassiné à Conflans-Sainte-Honorine après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo lors d'un de ses cours. 

L'exploitation du téléphone de Brahim A., blessé par balles par les policiers lors de l'attaque à Nice et dont le "pronostic vital reste engagé", a aussi mis en évidence des "photographies relatives" au groupe Etat islamique.

Une information judiciaire pour notamment "assassinats et tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" a été ouverte.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !