Une pétition dénonçant le sujet de maths "trop difficile" de la série S fait un carton | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une pétition dénonçant le sujet de maths "trop difficile" de la série S fait un carton
©JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

La bosse des maths

Une pétition dénonçant le sujet de maths "trop difficile" de la série S fait un carton

Signée par plus de 80000 personnes, la pétition appelle à "une harmonisation des notes" pour ne pas pénaliser les candidats.

Trop complexe, le bac de maths 2018 ? C’est l’avis de nombreux élèves, mais aussi celui de plus de 80.000 personnes (80.843 à 9h30 ce mardi matin) qui ont signé une pétition lancée sur le site Change.org pour dénoncer le sujet de mathématiques de la filière S du baccalauréat de cette année. L’auteur, uncertain "Superman du bac de maths, juge que "la majorité des élèves qu’ils soient en spé maths ou non ont été effarés par la difficulté de l’examen" et demande "une harmonisation des notes".

Il ajoute que "les candidats, dont la très grande majorité est restée de glace face au sujet, restent dans l’incompréhension". Sont notamment visées : "la difficulté de l’exercice de spécialité, notions trop abstraites ne ressemblant à aucun type d’exercice habituel ainsi que celui des complexes ou de géométrie pour l’obligatoire ainsi que la présence de notions telles que la ligne brisée jugée hors programme".

Pas vraiment l’avis d’une professeur de mathématiques de la banlieue parisienne interrogée par Le Point et qui considère ce sujet plutôt "banal". Contacté par franceinfo, le ministère de l'Éducation nationale estime de son côté que l’épreuve était "parfaitement en phase" avec les programmes, et que les exercices en question ne concernent… que cinq points sur 20.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !