Une liste noire de 68 médicaments publiée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Prescrire a mis a jour sa liste noire des médicaments
Prescrire a mis a jour sa liste noire des médicaments
©Flickr / William Hamon (aka Ewns)

A ne pas prescrire

Une liste noire de 68 médicaments publiée

Outre cette liste, la revue médicale "Prescrire" a également primé un vaccin contre la méningite.

"L'année 2013 est une année de plus sans progrès important apporté par de nouveaux médicaments". Le directeur de la rédaction de Prescrire, Bruno Toussaint, n’est guère optimiste quant à l’évolution médicale. Ainsi, pour la sixième année consécutive, la revue n’a pas décerné sa traditionnelle "Pilule d’or" en 2013. Toutefois, le Nimerix, un vaccin fabriqué par le laboratoire GlaxoSmithKline, contre la méningite à méningocoques de type A, C, W135 et Y, a été mis en avant. "Ce médicament a contribué à améliorer la prévention chez certains nourrissons".

Mais le sujet principal traité par Prescrire concernait une liste de noire de médicaments "plus dangereux qu’utiles et qui devraient être écartés dans l’intérêt des patients". La liste concerne 68 médicaments "dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés". Dans le détail, certains médicaments présenteraient des risques "disproportionnés par rapport aux bénéfices qu’ils apportent".

C’est notamment le cas du strontium Ranélate, ou Protelos, utilisé dans le traitement de l’ostéoporose à risque élevé de fractures. Il peut entraîner des troubles neurologiques et cardiovasculaires graves pouvant aller jusqu’au décès. Dans la liste, on trouve également Hexaquine, Quinine vitamine C Grand ou Okimus. Prescrire déconseille également le Motilium, utilisé pour les reflux gastro-oesophagiens ou l’Izilox, un antibiotique de la famille des quinolones.

Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !