Une députée La République en marche agressée sur un marché | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Une députée La République en marche agressée sur un marché
©

Violence

Une députée La République en marche agressée sur un marché

Laurianne Rossi, députée LREM, distribuait des tracts lorsqu'elle a reçu un coup de poing d'un homme hostile au gouvernement. Il a été arrêté.

Après Nathalie Kosciusko-Morizet, agressée pendant la campagne des législatives sur un marché, la violence politique a fait une nouvelle victime ce dimanche : la députée Laurianne Rossi a été agressée vers 11h sur un marché de Bagneux (Hauts-de-Seine), alors qu'elle distribuait des tracts.

L'agresseur a, selon l'élue, accusé les élus En Marche d'être des "députés godillots" et critiqué "la couverture médiatique orientée en faveur d'Emmanuel Macron". Elle a expliqué que "ses propos étaient véhéments mais il n'était pas forcément agressif de prime abord. J'ai commencé à lui répondre, mais je n'ai pas eu le temps de finir. Il m'a asséné un violent coup de poing dans la tempe droite et a pris la fuite".

L'homme a parcouru une vingtaine de mètres avant d'être maîtrisé par des militants et des commerçants. Il a été interpellé par la police et placé en garde à vue. Laurianne Rossi a déposé plainte. Son agression "semble sans gravité corporelle", indique l'AFP.

Sur Twitter, elle s'est dite "sonnée, un peu choquée" et a écrit : "Aucun désaccord politique ne peut justifier la violence, qui plus est contre les élus de la République et les femmes".

Elle a reçu le soutien de plusieurs personnalités politiques, dont le Premier ministre Edouard Philippe qui a écrit : "Je condamne avec la plus grande fermeté la lâche agression à Bagneux ce matin de la députée @lauriannerossi, qui a mon amitié & mon soutien."

 

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !