Une ancienne épouse du chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi a été remise au Front Al-Nosra en échange de la libération de soldats libanais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Saja al-Dulaimi était détenue au Liban depuis l'année dernière, après avoir traversé illégalement la frontière avec des faux papiers.
Saja al-Dulaimi était détenue au Liban depuis l'année dernière, après avoir traversé illégalement la frontière avec des faux papiers.
©

Monnaie d'échange

Une ancienne épouse du chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi a été remise au Front Al-Nosra en échange de la libération de soldats libanais

En 2014, Le Front Al-Nosra avait capturé 29 policiers et soldats libanais. Malgré cette libération, 4 de ces otages ont été tués, et 9 sont toujours aux mains des islamistes.

L'ex-épouse d'Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'Etat islamique, se trouvait dans un groupe de 13 islamistes libérés ce mardi en échange de la libération de plusieurs otages libanais. Sur des images diffusées par la chaîne d'information Al-Jazeera, cette femme nommée Saja al-Dulaimi apparaît dans un convoi qui l'achemine vers l'est du Liban, accompagnée de véhicules de la Croix rouge. Selon des responsables de l'armée libanaise, cités par les agences Reuters et Associated Press, Saja al-Dulaimi (ainsi que 12 autres prisonniers), a été remise à des responsables du Front Al-Nosra, une organisation proche de la branche syrienne d'Al-Qaida, contre la libération de 16 soldats et policiers libanais qui étaient retenus en otage par le groupe terroriste depuis 2014. 

Cet échange marque la fin d'âpres négociations et d'une longue incertitude quant au sort de ces otages libanais. Le Liban est en effet impliqué malgré lui dans le chaos provoqué par la guerre civile qui sévit chez son voisin syrien. Depuis plusieurs mois, les familles de ces otages libanais avaient installé une tente dans laquelle elles veillaient en symbole de protestation près des bâtiments gouvernementaux à Beyrouth. Des photos de ces otages et des affiches appelant à leur libération sont encore aujourd'hui visibles dans toute la ville.

Peu de temps après avoir été libéré, près du lieu de l'échange, non loin de la ville d'Arsal (à l'est du Liban), un policier libanais évoque sa "joie indescriptible". Les combattants du Front Al-Nosra ont acheminé les policiers et soldats libanais dans des pickups jusqu'au point de rendez-vous situé en bordure de la ville, afin de les remettre aux autorités locales, accompagnées de véhicules de la Croix rouge. L'échange a toutefois été retardé, en attendant la venue de l'aide humanitaire prévue par le Qatar dans le cadre de cette transaction.

Saja al-Dulaimi, l'ex-épouse du chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi, était détenue au Liban depuis l'année dernière, après avoir traversé illégalement la frontière en compagnie de son nouveau mari, utilisant de faux papiers d'identité. En raison du secret qui entoure cet échange, aucune information précise sur les 12 autres prisonniers islamistes libérés ce mardi n'a encore été diffusée. En 2014, Le Front Al-Nosra avait capturé au total 29 policiers et soldats libanais. Malgré cette libération, 4 de ces otages ont été tués, et 9 sont toujours aux mains des islamistes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !