Une alliance Iran-Al Qaïda est-elle vraiment improbable ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une alliance Iran-Al Qaïda 
est-elle vraiment 
improbable ?
©

Ennemi de mon ennemi

Une alliance Iran-Al Qaïda est-elle vraiment improbable ?

Certains membres des renseignements américains affirmeraient le contraire…

A ennemi commun, intérêt commun. C’est l’idée qui pourrait présider à un éventuel rapprochement entre l’Iran et Al-Qaïda, qui ne partagent pas grand-chose sinon une haine commune pour les Etats-Unis.

Selon des sources au sein des renseignements américains, et dont Sky news dit se faire l’écho, l’Iran accueillerait ainsi des combattants de l’organisation terroriste, leur offrant des entraînements au maniement de certains explosifs, de l’argent et un abri plus sûr que les montagnes de la frontière afghano-pakistanaise.

Les Etats-Unis s’inquiéteraient de cette relation de proximité et auraient offert une récompense de 10 millions de dollars pour des informations sur un leader syrien d’Al-Qaïda qui se trouveraient en Iran, Yasin al-Suri. Cette recherche aurait amené l’Iran à le placer en détention protégée afin qu’aucune information à son sujet ne circule et qu’il ne puisse en divulguer. Il a été remplacé par un nouveau leader, Muhsin al-Fadhli, ce remplacement étant, selon Sky News, un signe de la relation de confiance entre l’Iran et Al-Qaïda.

Ces informations sont néanmoins à  prendre avec précaution. L’Iran est une république islamique chiite, alors qu’Al-Qaïda est une organisation sunnite. Ces deux branches de l’islam ont tendance à se considérer mutuellement comme des hérétiques, et les conflits mutuels, dans certains pays musulmans, sont réguliers.

Lu sur Sky News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !