Un sans-papier raconte sa détention sur Twitter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un sans-papier raconte
sa détention sur Twitter
©

Live-tweet

Un sans-papier raconte sa détention sur Twitter

Menacé d’expulsion il a relaté son expérience en direct pendant 4 jours.

C’est à un "live-tweet" un peu particulier qu’ont pu assister les utilisateurs du site de microblogging. Pendant quatre jours, Gil Ndjouwou a raconté son expérience au centre de rétention du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne).

Il profite des deux heures par jour durant lesquelles il a le droit d’utiliser son portable pour relater son expérience. "A la base j'ai posté des messages sur Twitter pour alerter mes amis sur ma situation. Et puis j'ai vu que ça intéressait au-delà. En 3 jours, je suis passé de 98 à 1500 followers, c'est fou", a déclaré le jeune homme de 23 ans au Parisien.

Etudiant en France depuis 2008, Gil Ndjouwou se fait contrôler sur la route entre Reims et Paris, et finit au centre de rétention du Mesnil-Amelot. "Je suis arrivé en France le 20 septembre 2008 avec un visa étudiant de trois mois, puis un titre de séjour jusqu'en septembre 2009, explique-t-il. Mais je n'ai pas pu le renouveler, faute de garanties nécessaires, notamment financières."

Son premier tweet est très descriptif : "Centre quasi neuf. Confort spartiate mais appréciable. 3 repas/jour. 2 par chambre. infirmerie. Distributeur pr tabac, chocolats, sodas."

"Les policiers ici sont exemplaires. À l'écoute, souriants, très souvent amicaux. Loin des clichés de la tv" écrit-il jeudi dernier sur son compte Twitter @SoloNecrozis.

Le jeune homme a été libéré ce vendredi : "Je suis libre depuis un quart d'heure. [...] Je n'ai cependant pas "gagné" de carte de séjour pour autant. Beaucoup reste à faire."

 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !