Un récent rapport du Sénat étrille le bilan de Ségolène Royal sur l'environnement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Un récent rapport du Sénat étrille le bilan de Ségolène Royal sur l'environnement
©

Bonnet d'âne

Un récent rapport du Sénat étrille le bilan de Ségolène Royal sur l'environnement

Le texte dénonce "les grandes annonces non suivies d'effet" et "l'absence de vision stratégique" du précédent quinquennat.

Les mots ne sont pas tendres : "absence de vision stratégique", "succession de dispositifs instables", "gouvernance complexe", "financements insuffisants". Dans un rapport sénatorial que Le Parisien s'est procuré, et qui sera dévoilé au Palais Bourbon ce vendredi, Jean-François Husson tire à boulets rouges sur le bilan écologique de Ségolène Royal.

Dans ce texte, le sénateur LR Jean-François Husson dénonce entres autres "les grandes annonces non suivies d'effet" et la "défaillance" financière de l'Etat en matière de lutte contre la pollution de l'air. La manière dont l'ex-ministre de l'Environnement a géré la fiscalité sur le diesel est notamment pointée du doigt."Le rapprochement de la fiscalité du gazole et de l'essence a par exemple été décidé dans la précipitation, à la suite du dieselgate, sans qu'un calendrier de rapprochement ne soit défini afin de donner de la visibilité aux constructeurs" est-il constaté.

Le rapport illustre également son propos avec un exemple, celui de la Métropole de Lille (Nord), lauréate d'un appel à projet "villes respirables" lancé par Ségolène Royal pour concevoir une zone à circulation restreinte. Pour cette initiative, l'agglomération devait recevoir un million d'euros de l'Etat. "Au total, seuls 134 000 € ont été débloqués, une somme qui servira finalement… à faire une étude. Et sur les 10 millions d'euros globalement affectés à cet appel à projets, seuls 540 000 € ont été engagés", relate Le Parisien.

Et le rapport conclut sur un ton alarmiste : "Si on continue à laisser faire, un Français sur deux risque de souffrir d'une infection pulmonaire ou bronchique d'ici 2040", le sénateur appelant l'Etat, les régions et les agglomérations à se remettre autour de la table. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !