Un projet d'attentat terroriste fomenté dans une cellule déjoué | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Fresnes
Fresnes
©PATRICK KOVARIK / AFP

Terrorisme

Un projet d'attentat terroriste fomenté dans une cellule déjoué

Selon la chaîne LCI, deux détenus de la prison de Fresnes préparaient un attentat terroriste. Il a été déjoué par les services de renseignement français qui enquêtaient depuis des mois.

Deux détenus de la prison de Fresnes, emprisonnés pour des crimes de droit commun (braquage et tentative de meurtre) préparaient depuis des mois une action terroriste. Le projet a été déjoué par les services de renseignement qui enquêtaient depuis "de longs mois" selon la chaîne LCI qui révèle cette information.

Les deux hommes ont été extrait de leur cellule le 2 octobre dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet antiterroriste de Paris suite à des soupçons d'une "action violente imminente" et après quatre jours de garde à vue, Charles-Henri M. un Camerounais de 28 ans (présenté comme un gourou de la mouvance islamiste à Fresnes) et Maxime O., Français de 22 ans ont été mis en examen par un juge d'instruction antiterroriste et de nouveau incarcérés.

Toujours selon la chaîne LCI, l'enquête aurait commencé en décembre 2016, quand a été retrouvé dans la cellule du premier protagoniste un téléphone portable contenant de nombreuses vidéos et conversations évoquant un projet d'assassinat contre des "mécréants". L'enquête montrera que Charles-Henri M. étaient en lien avec "au moins un djihadiste actuellement présent dans la zone irako-syrienne".

Quelle cible

Les enquêteurs ont retrouvé dans les cellules des deux hommes de nombreux documents qui prouveraient "leur volonté de constituer en contactant d’autres islamistes incarcérés dans différentes maisons d’arrêt franciliennes, un groupe de "combattants" en vue de commettre un attentat".

Parmi les cibles auxquelles les deux hommes pensaient il y avait les gardiens de prison ou des policiers dans un commissariat une fois leur liberté retrouvée. Les deux hommes pensaient aussi à commettre un braquage dans le but de financer une autre action violente.

Enfin et toujours selon la chaîne LCI, Charles-Henri M., pendant sa garde à vue, aurait reconnu sa volonté de commettre un attentat et a salué ses "frères" tueurs du Bataclan tout en expliquant vouloir que la Charia soit appliquée en France et dans le monde.

De quoi relancer les débats sur la radicalisation en prison. Sur un peu plus de 69 000 personnes écrouées en France, il y aurait peu ou prou 1500 détenus radicalisés. 

Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !