Un petit nombre de patients Covid qui n'avaient jamais connu de problèmes de santé mentale développent après avoir été malades des symptômes psychotiques sévères | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Psychiatrie
Psychiatrie
©François NASCIMBENI / AFP

Cornavirus

Un petit nombre de patients Covid qui n'avaient jamais connu de problèmes de santé mentale développent après avoir été malades des symptômes psychotiques sévères

Des médecins signalent des cas similaires aux Etats-Unis et dans le reste du monde

Un petit nombre de patients Covid développent des symptômes psychotiques sévères signale le New York Times. La plupart n'avaient aucun antécédent de maladie mentale et sont devenus psychotiques des semaines après avoir contracté le virus. Le nombre de cas est très limité mais ils sont signalés dans le monde entier.

Le quotidien donne l'exemple d'une patiente, une kinésithérapeute de 42 ans, mère de quatre jeunes enfants, qui n'avait jamais eu de symptômes psychiatriques ni d'antécédents familiaux de maladie mentale. Pourtant le docteur qui témoigne dit qu'elle s'est présentée à l'hôpital South Oaks à Amityville, dans l'Etat de New York sanglotant et disant qu'elle voyait ses enfants, âgés de 2 à 10 ans, horriblement assassinés et qu'elle avait elle-même élaboré des plans pour les tuer.

La seule chose notable à propos de ses antécédents médicaux était que la femme, avait été infectée par le coronavirus au printemps. Elle n'avait éprouvé que des symptômes physiques légers dus au virus, mais, des mois plus tard, elle a entendu une voix qui lui a d'abord dit de se suicider puis lui a dit de tuer ses enfants.

Le phénomène a aussi été signalé hors des Etats-Unis : une étude britannique sur les complications neurologiques ou psychiatriques chez 153 patients hospitalisés pour Covid-19 a révélé que 10 personnes avaient une «psychose nouvellement apparue». Une autre étude a identifié 10 de ces patients dans un hôpital en Espagne.

Parmi les hypothèses expliquant ce phénomène, on trouverait certaines des neurotoxines qui sont des réactions à l'activation immunitaire et peuvent aller jusqu'au cerveau, à travers la barrière hémato-encéphalique. Elles peuvent induire ces dommages" selon le Dr Vilma Gabbay, codirectrice de l'Institut de recherche en psychiatrie de Montefiore Einstein dans le Bronx, à New York.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !