Un nouvel audit sur les factures impayées de la région Poitou-Charentes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ségolène Royal conteste ces chiffres.
Ségolène Royal conteste ces chiffres.
©Reuters

Calculette

Un nouvel audit sur les factures impayées de la région Poitou-Charentes

La Nouvelle-Aquitaine aurait bien hérité de 132 millions d'euros de factures impayées par le Poitou-Charentes. Ségolène Royal, ancienne présidente de la région, conteste ce chiffre.

La Nouvelle-Aquitaine aurait hérité de 131,9 millions d'euros de factures impayées provenant de l'ancienne région Poitou-Charentes, dont Ségolène Royal était la présidente. Le montant de ces factures est à payer en 2016.

Ce nouvel audit concernant la gestion de la région Poitou-Charentes, que Le Point a pu consulté, confirmerait ainsi un audit de début d'année. Celui-ci a été commandé par Alain Rousset, le président socialiste de la région Nouvelle-Aquitaine, qui regroupe depuis la réforme des régions le Limousin, le Poitou-Charentes et l'Aquitaine, auprès de Ernst and Young.

Cette nouvelle intervient après plusieurs semaines de tensions entre Ségolène Royal et Alain Rousset, l'homme à la tête de la région Nouvelle-Aquitaine. Ségolène Royal avait décidé de porter plainte contre lui s'il continuait à évoquer les "dérives financières" du Poitou-Charentes.

Au début de l'année, Alain Rousset avait déjà commandé un premier audit qui entendait montrer ces "dérives financières" sous le mandat de Ségolène Royal : il s'agissait entre autres de prêts très toxiques, de soutiens à des sociétés qui se sont écroulées et de factures impayées.

Ségolène Royal parle d'un "tripatouillage différent du premier rapport" dont les "chiffres faux sont dénoncés par le pré-rapport de la chambre régionale des comptes". Celui-ci devrait paraître en fin d'année. 

Lu sur le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !