Un Niçois a été condamné à trois ans de prison pour apologie du terrorisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Il téléchargeait des vidéos de Daech où l'on voyait des gens se faire décapiter ou égorger.
Il  téléchargeait des vidéos de Daech où l'on voyait des gens se faire décapiter ou égorger.
©Reuters

Terrorisme

Un Niçois a été condamné à trois ans de prison pour apologie du terrorisme

Le jeune homme de 19 ans était sous surveillance depuis 2015 et son passeport avait été confisqué.

Ce mardi 23 août, Sébastien J., âgé tout juste de 19 ans, a été condamné à trois ans de prison pour apologie du terrorisme et immédiatement écroué à Nice. Le jeune Niçois, issus d'une famille  de Jéhovah, s'est converti à l'islam et a été surveillé pour sa fréquentation assidue de sites djihadistes. Sa condamnation révélée par Nice Matin est assortie d'une obligation de suivi socio-judiciaire pendant cinq ans. Titulaire d'un bac technique, il cherchait du travail après une formation de cariste et habitait chez ses parents où il a été interpellé la semaine dernière, avant un jugement en comparution immédiate vendredi pour " provocation directe à un acte de terrorisme " par Internet.

Il a également été condamné pour "consultation habituelle d'un service de communication au public en ligne mettant à disposition des images et messages provoquant à de tels actes ou en faisant l'apologie", une nouvelle infraction intégrée au Code pénal français en juillet.

"Il téléchargeait des vidéos de Daech"

Sous surveillance depuis 2015, son passeport avait été confisqué. Sur son téléphone portable, les enquêteurs ont retrouvé ses fichiers téléchargés, ses discussions sur des forums où il tenait des propos très inquiétants et des photos "à vomir", selon une source proche du dossier. "Il se félicitait notamment de l'assassinat des policiers de Magnanville (en juin, NDLR) [...] s'intéressait aux gens qui avaient commis des attentats en France et téléchargeait des vidéos de Daech où l'on voyait des gens se faire décapiter ou égorger", déclare une autre source.

"Il continuera d'être surveillé en prison, car le problème, c'est de savoir s'il va parvenir à se sortir de cette radicalisation. S'il se durcit, il peut radicaliser d'autres personnes en prison et c'est l'effet boule de neige. Le problème, c'est qu'il assume les faits et il n'y a pas une once de regret. Il se prononce pour la lutte armée (...) s'en prendre aux policiers ne lui pose aucun problème", selon cette source.

En contact avec l'entourage de terroristes

Sébastien J. a aussi été en contact par Internet avec l'entourage des auteurs de l'assassinat d'un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) en juin et du prêtre catholique Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) en juillet.

Depuis janvier, cinq personnes, déjà en détention ou non, ont été jugées pour des faits similaires dans les Alpes-Maritimes.

>>> A lire aussi : L’organisation État islamique est-elle une structure mafieuse ?

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !