Un homme âgé de 48 à 52 ans sur cinq n'a pas eu d'enfant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un homme âgé de 48 à 52 ans sur cinq n'a pas eu d'enfant
©

Papaoutai

Un homme âgé de 48 à 52 ans sur cinq n'a pas eu d'enfant

Cette hausse de l'infécondité s'explique notamment par le nombre croissant d'hommes qui n'a jamais vécu en couple.

Selon une étude de l'Insee publiée jeudi, plus d'un homme sur cinq né entre 1961 et 1965 n'a pas d'enfant. Le rapport annonce que, même en tenant compte du nombre qui va devenir père par la suite, la proportion devrait rester proche de 20%. A titre de comparaison, elle se situe aux environs de 13% pour la génération 1941-1945.

"Cette forte hausse est d'abord imputable au nombre croissant d'hommes qui n'ont jamais vécu en couple, mais pas seulement", indique l'Insee. La hausse est en effet également vérifiable chez ceux qui ont vécu en couple. "Les niveaux élevés d'infécondité observés pour les générations nées entre 1961 et 1965 ne sont pas inédits dans l'histoire. Au début du XXe siècle, la proportion de femmes sans enfants dépassait 20%. Le célibat était beaucoup plus fréquent, et la part des couples sans enfants plus importante", est-il également expliqué.

L'Insee rappelle que la génération 1961-1965 "a eu accès, dès le début de sa vie sexuelle et féconde, à la contraception et à l'avortement. Paradoxalement, ce nouveau contexte sociétal et médical a permis, à plus d'hommes que de femmes, de concilier le désir de vivre en couple et de ne pas avoir d'enfants". Les hommes sans diplôme sont par ailleurs les plus "inféconds".

L'étude de l'Insee met, enfin, en exergue un recul des familles nombreuses. Une femme née entre 1961 et 1965 a, en moyenne, 1,99 enfant tandis que les femmes de la génération 1931-1935 en a 2,48.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !