Un député LREM a peur que la loi de moralisation l'oblige à aller manger au McDo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Un député LREM a peur que la loi de moralisation l'oblige à aller manger au McDo
©Reuters

Fast-food

Un député LREM a peur que la loi de moralisation l'oblige à aller manger au McDo

Dans le cadre de la loi sur la moralisation de la vie publique, un système de notes de frais pourrait être mis en place. Une proposition qui fait bondir Alain Tourret.

 
Dans le cadre de la loi sur la moralisation de la vie publique, l'indemnité de frais de mandant des députés et sénateurs pourrait être remplacée par un système de notes de frais. Un détail qui fait réagir Alain Tourret, l'élu de la République En Marche, opposé à ce projet de loi. 
 

"C'est extraordinairement dangereux"

Lors de son intervention mardi 18 juillet devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, il s'est inquiété de devoir se justifier d’avoir préféré déjeuner "dans un restaurant 3 étoiles plutôt qu’au McDo". "A partir du moment où vous ne présentez pas que des factures de McDo toutes vos factures vont être rejetées", a estimé cet ex-membre du Pardi radical de gauche. "C'est extraordinairement dangereux. Ça va être le contrôle pour savoir si vous avez déjeuné avec tel industriel, avec tel responsable politique", a-t-il fait valoir. 
 
Alain Tourret craint également de devoir "démontrer kilomètre par kilomètre" où il s’est rendu dans le cadre de ses fonctions. "J’ai regardé dans les pays amis de la France et en particulier en Grande-Bretagne. Là-bas toute facture, pour être payée, doit être étudiée par la personne qui est susceptible ensuite de donner un quitus pour le paiement de cette facture", a-t-il encore déclaré.
 
Lu sur 20Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !