Un Boeing 737 de Lion Air s'écrase au large de l'Indonésie avec 189 personnes à bord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un Boeing 737 de Lion Air s'écrase au large de l'Indonésie avec 189 personnes à bord
©ADEK BERRY / AFP

Crash

Un Boeing 737 de Lion Air s'écrase au large de l'Indonésie avec 189 personnes à bord

L'avion appartenait à la compagnie indonésienne Lion Air et s'est écrasé lundi matin au peu après son décollage de Jakarta. Les secours ont peu d'espoir de retrouver des survivants.

Un Boeing 737 de la compagnie indonésienne Lion Air s'est abimé lundi matin au large des côtes peu après son décollage de l'aéroport de Jakarta. 189 personnes étaient à bord et Bambang Suryo Aji, directeur opérationnel des services de secours indonésien, a annoncé au cours d'une conférence de presse que les passagers "étaient probablement morts". Les sauveteurs ont retrouvé "des restes humains qui n'étaient plus intacts et cela fait plusieurs heures" que le crash s'est produit a déclaré Bambang Suryo Aji.

L'avion de Lion Air avait décollé de Jakarta à 6h30 (1h30 du matin en France) et était à destination de Pangkal Pinang, une île proche de Sumatra. L'équipage de l'appareil avait signalé des difficultés et avait fait demi-tour pour rejoindre son point de départ peu avant de s'écraser. L'avion avait récemment subi une révision suite à un problème technique selon le PDG de la compagnie.

Ce n'est pas le premier incident que subit la compagnie low-cost, filiale de Lion Group et propriétaire de quatre autres compagnies aériennes. En 2010 un de ses appareils était sorti de la piste lors de son atterrissage sans faire de victimes et en 2013 un Boeing 737 avait manqué la piste et terminé dans la mer, blessant 40 passagers.

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !