Un avion EgyptAir détourné vers Chypre, le pirate a été arrêté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un avion EgyptAir détourné vers Chypre, le pirate a été arrêté
©Reuters

Alerte

Un avion EgyptAir détourné vers Chypre, le pirate a été arrêté

Ses motivations restent encore incertaines bien que des raisons plus personnelles que politiques aient été évoquées.

  • Un Airbus de la compagnie EgyptAir, qui effectuait un vol d’Alexandrie vers le Caire, a été détourné et s’est posé sur l’île de Chypre, à l'aéroport international de Lanarca
  • Un pirate aurait menacé de se faire exploser avec une ceinture d'explosifs
  • La plupart des passagers ont été libérés, à l'exception de 3 voyageurs, 3 personnes de l'équipage et un membre de la sécurité
  • Des négociations sont en cours
  • Il s'agirait d'une 'affaire personnelle" et non poltique

FIN DU DIRECT 

Le pirate auteur du détournement d'avion est un Egyptien et a finalement été arrêté, sans heurts chez les otages. Ses motivations restent encore incertaines bien que des raisons plus personnelles que politiques aient été évoquées. Néanmoins, il aurait aussi réclamé de rencontrer des officiels européens. Plus d'informations à venir.


13h50 : La prise d'otage est terminée

La prise d'otage est terminée. Le pirate de l'air a été arrêté. Selon Reuters, il serait sorti les mains en l'air.

13h32 : une libération de prisonniers ?


Selon Reuters, le pirate réclamerait aussi la libération de prisonniers égyptiens.

13h30 : une nouvelle identité dévoilée

La prise d'otage est toujours en cours dans l'avion. Cette fois, le ministère des Affaires étrangères de Chypre évoque un nouveau nom pour le pirate : Seif Eldin Mustafa. Certains médias parlent d'un officier égyptien. La situation est toujours confuse.

11h30 : une conférence de presse a débuté au Caire en Egypte

Le ministre de l'aviation civile confirme que l'avion a été détourné par un homme présentant une ceinture explosive. Il souhaitait se rendre à Chypre ou en Turquie. Il y avait 55 personnes "de nationalités variées" à bord. Il y a encore 7 otages : le pilote et le co-pilote, une hôtesse de l'air, un officier de la sécurité ainsi que 3 passagers. Pour le moment, les autorités restent discrètes sur les demandes du pirate. 

11h25 : Ibrahim Samaha dément

Nouveau rebondissement : Ibrahim Abdel Tawwab Samaha, présenté comme le pirate présumé serait en fait un des passagers du vol, pris en otage. Il a été libéré par la suite, selon la BBC. L'identité du pirate reste donc, pour le moment, un mystère.

11h : l'identité dévoilée ?

Selon plusieurs médias, le pirate s'appelle Ibrahim Abdel Tawwab Samaha. Il est professeur vétérinaire à l'université d'Alexandrie en Egypte. il pourrait s'agir de l'homme photographié par un passager. 

10h50 : La femme du pirate en route vers l'aéroport


10h45 : de faux explosifs ?

Le ministre des Affaires étrangères égyptien suppose que la ceinture d'explosive est factice. Dans le cas contraire, ce serait une grave défaillance dans la sécurité des aéroports du pays, plusieurs mois après le crash d'un avion dans le Sinaï.

10h30 : "pas un terroriste, un idiot" selon les autorités égyptiennes

Les motivations personnelles du pirate ont été confirmées par plusieurs sources. Il chercherait à retrouver son ex-femme, vivant à Chypre. Les officiels egyptiens ont déclaré au Guardian que l'homme "n'était pas un terroriste. C'est un idiot. Les terroristes sont fous mais ils ne sont pas stupides. Lui, il l'est."

10h25 : l'avion en question

10h20 : quelles revendications ?

Les intentions du pirate ne sont pas claires. Selon la radio publique égyptienne, le pirate de l'air demanderait l'asile à Chypre. Une télévision locale parle d'une "lettre qu'il voulait remettre à son ex-femme."

10h15 : un seul preneur d'otages

L'homme qui a détourné l'avion agirait seul. Plusieurs médias égyptiens évoquent le nom de Ibrahim Samaha, un Libanais. Mais aucune confirmation pour le moment.

Lu sur le Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !