Un autre prévenu accuse un policier de l'avoir frappé au Tribunal de Grande Instance de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un autre prévenu accuse un policier de l'avoir frappé au Tribunal de Grande Instance de Paris
©BERTRAND GUAY / AFP

Bis repetita

Un autre prévenu accuse un policier de l'avoir frappé au Tribunal de Grande Instance de Paris

Après une récente affaire similaire, un autre prévenu porte plainte contre un policier pour des violences qui seraient survenues au Tribunal de Grande Instance de Paris, lundi 23 juillet.

S'agirait-il d'une nouvelle affaire de brutalité policière ? Le 12 juillet dernier, une enquête était ouverte par le parquet de Paris pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" après la diffusion d'une vidéo présentant un policier frappant un détenu dans l'enceinte du Tribunal de Grande Instance de Paris. Lundi 23 juillet, un autre prévenu a porté plainte et accuse un policier de l'avoir frappé au visage au cours d'une suspension d'audience, rapporte Le Parisien.
 
La victime présumée, âgée de 23 ans, devait être jugée en comparution immédiate pour vol. "Après l’interruption, mon client est revenu avec le visage ensanglanté, une arcade sourcilière ouverte et un hématome à l’œil gauche", a confié l'avocat du prévenu, Me Matthieu Juglar, au quotidien. Le jeune homme affirme avoir reçu des coups lorsqu'il a demandé à aller aux toilettes. 
 
De son côté, le parquet de Paris a indiqué lundi qu'une enquête a été ouverte pour "violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique" et a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Sauf que dans cette affaire, prévenu et policier se renvoient la balle puisque le parquet indique aussi qu'une enquête a été confiée aux policiers du XVIIe arrondissement pour "violence volontaire et menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique".
 
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !